Fermer la publicité

Transport/Energie/Le transport par câble sur la bonne pente

Isère le 30 janvier 2014 - Jacques Savoye - Actualités - article lu 1185 fois

Comme elle semble lointaine l’époque du tire-fesses ! Une visite dans les ateliers de Poma-Sigma, à Veyrins-Thuellin, suffit à persuader qu’elle est révolue.

Numéro un du transport par câble, l’entreprise iséroise est présente sur tous les continents. Jean-Paul Huard, vice-président du groupe Poma, a bien pris soin de le préciser à son hôte Frédéric Cuvillier, ministre délégué aux Transports. Et pour convaincre l’illustre visiteur et sa suite, rien de mieux que des chiffres. Ainsi, sur les 230 M€ de chiffre d’affaires réalisés en 2013 par Poma, 140 l’ont été à l’exportation. L’Amérique-du-Nord (Canada, Etats-Unis) représente 32% des exportations contre 22% à l’Asie (Chine, Vietnam) et 11 % vers la Russie, les Jeux olympiques de Sotchi n’y étant pas étranger. Pour sa part, Francis Charamel PDG de Sigma-cabines à Veyrins-Thuellin (75 salariés), n’est pas peu fier du téléphérique réalisé à Medellin, en Colombie (« Il fallait porter des gilets pare-balles » précise-t-il), des 28 capsules du High Roller de Las Vegas (la plus grande roue de la planète), du funiculaire de Shenzhen (Chine) et de la navette de l’aéroport du Caire (« Construite pendant la révolution » précise-t-il encore). A ces réalisations on pourrait ajouter la télécabine urbaine qui franchit la Volga à Nijni-Novgorod (Russie), celle qui conduit à Vinpear island (Vietnam), le funiculaire de Bolzano (Italie), le téléphérique de Roosevelt Island à New York, les navettes projetées aux aéroports de Cincinnati, Detroit et Miami, aux USA, mais encore 20 télécabines commandées par l’Algérie, d’autres pour la Turquie. « Pour être crédible à l’étranger, il faut être performant en France. Ainsi, c’est le Vanoise Express qui nous a fait décrocher le marché new yorkais » affirme Jean-Paul Huard. « Notre cœur de métier c’est le transport par câble. Sur de courtes distances, moins de 3 kilomètres, c’est le mieux adapté et le moins cher » dit-il encore. Des propos et une visite qui ont séduit le ministre. « Vous représentez les transports de demain, des transports intelligents qui respectent les sites et qui répondent à l’attente des usagers » déclarait Frédéric Cuvillier avant d’annoncer qu’un texte de loi est à l’étude pour « simplifier les servitudes liées au survol des zones urbanisées ». Il est temps car, bien que la France soit encore timide quant à cette technique, des dessertes urbaines par câbles sont projetées dans plusieurs villes françaises comme Brest, Grenoble ou Toulouse. Et, selon le ministre, l’Etat est disposé à favoriser ce mode de transport d’autant qu’il répond aux normes écologiques et qu’il est créateur d’emplois. Avec Poma, le transport par câble est bien sur la bonne pente !

Remontées mécaniques : renforcer la sécurité

Après avoir visité l’entreprise Poma, fleuron national du transport urbain par câble et de la construction de remontées mécaniques, le ministre délégué aux transports Frédéric Cuvillier a lancé un plan d’actions visant à renforcer la sécurité des utilisateurs de remontées mécaniques non sans rappeler que 32 accidents graves dont un mortel ont été déplorés l’hiver dernier sur les remontées mécaniques françaises. « Les sports d’hiver, qui représentent 15% du chiffre d’affaires touristique français et 100 000 emplois, doivent rester un plaisir, un moment de détente. J’agis donc pour assurer une sécurité maximale dans les remontées mécaniques au travers d’une mobilisation collective avec les écoles de ski, les exploitants de remontées mécaniques et les moniteurs de ski » déclare-t-il. Cette convention, à laquelle sont associées l’Association nationale des élus de montagne et l’Association nationale des maires des stations de montagne, sera déclinée localement dans toutes les stations françaises de sports d’hiver. Flaine et La Clusaz en sont les premiers signataires.


Jacques Savoye



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide