Fermer la publicité

Transition énergétique : les éclairages du Sedi

Isère le 27 mars 2017 - Elisabeth Laverdant - Collectivités locales

Transition énergétique : les éclairages du Sedi
SEDI - Le salon de 2015 avait pour thème l'éclairage public. L'objectif à terme est d'en faire un évènement récurrent.

Depuis 1994 le Sedi organise la distribution publique d'électricité et de gaz en Isère. Le syndicat joue également un rôle de conseil auprès des collectivités. C'est dans ce cadre qu'il organise le Salon de la transition énergétique le 6 avril prochain.

Il y avait eu le salon de l’éclairage public en 2015. Voici en 2017 le Salon de la transition énergétique. Un sujet qui revient fréquemment, que l’on soit en conseil métropolitain ou en conseil municipal. C’est le cheval de bataille des collectivités.

Un thème qui fait écho à la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique. Cette loi a fixé des objectifs très ambitieux pour le pays. La réduction de la consommation d’énergie, l’essor des énergies renouvelables et la multiplication des points de charge pour les véhicules électriques sont au programme. Seulement voilà, pour mener à bien cette transition énergétique, encore faut-il avoir l’expertise technique et les moyens financiers. Et pourtant, il y a tout intérêt pour les collectivités à amorcer cette transition énergétique. Le budget énergie représente le second poste de dépenses de fonctionnement des communes. Le tout derrière les salaires.

Trois conférences au programme

C’est pour cette raison que le Sedi (Syndicat des énergies du département de l’Isère), organise ce salon. « C’est une action concrète pour le grand public. Il faut que les élus accèdent à l’information par rapport à la thématique de la transition énergétique », explique Bertrand Lachat, président du Sedi. Le salon doit donc permettre d’organiser un espace de rencontre entre entreprises et secteur public. Il doit proposer aux élus et aux agents des collectivités des outils concrets sur des sujets variés : mobilité durable, éclairage public, production d’énergie renouvelable ou encore rénovation des bâtiments et efficacité énergétique.

Le salon ne dure qu’une journée mais le programme est chargé. Trois conférences sont au programme. La première aura pour thème la rénovation énergétique des bâtiments. « Il s’agit d’une question fondamentale », souligne Bertrand Lachat. La deuxième conférence portera sur la réussite d’un projet d’énergie renouvelable sur son territoire. Là encore, la question est essentielle. « Dans le domaine des énergies renouvelables, il faut se garder de la tentation qui consiste à vouloir s’occuper de tout et gérer tous les projets. Ce n’est pas parce qu’un projet porte sur l’énergie renouvelable qu’il est rentable à terme. Il faut évaluer en amont la rentabilité des projets et aujourd’hui les exemples ne manquent pas de communes qui se sont lancées dans des projets d’énergie renouvelable et qui, à la sortie, voient que financièrement c’est plus lourd que prévu », insiste le président du Sedi. D’ailleurs, Bertrand Lachat a annoncé la création prochaine d’une société d’économie mixte de production d’énergies renouvelables. Elle aura aussi pour mission de s’assurer de la rentabilité des projets et d’être un point d’appui pour les communes.

Dernier thème abordé, celui de l’éclairage public. Un sujet encore une fois très important. Les collectivités peuvent réaliser des économies à hauteur de 20 % en repensant leur éclairage public. « C’est une vraie préoccupation pour les communes. Il y a des enjeux de consommation réduite. Et c’est aussi la question de l’embellissement urbain qui est posée », précise Bertrand Lachat. C’est aussi pour le président l’occasion de favoriser l’implication citoyenne, au travers de tables rondes sur la question de l’éclairage public.

A noter que 35 exposants participent au salon. Ils seront répartis sur cinq pôles différents. L’objectif à terme est de pérenniser l’évènement et d’en faire un rendez-vous récurrent.

Elisabeth Laverdant

Transition énergétique, que dit la loi ?

La loi du 17 août 2015 fixe des objectifs forts pour la France. L’Etat a d’ailleurs mobilisé 10 Md€ sur trois ans pour enclencher le processus de transition. Les objectifs sont nombreux. Il faut par exemple réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 et les diviser par quatre en 2050. La consommation d’énergie finale devra être divisée par deux d’ici à 2050. La part des énergies renouvelables devra être portée à 32 % dans la consommation énergétique finale en 2030. Il faudra aussi plafonner la part du nucléaire dans l’électricité à 50 % pour l’horizon 2025. La loi prévoit enfin de déployer 7 millions de points de charge pour les véhicules électriques et hybrides d’ici à 2020.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide