Fermer la publicité

Tourisme - La première entreprise touristique de la Loire est une fondation

Loire le 08 mai 2014 - La Rédaction - Actualités - article lu 545 fois

Tourisme - La première entreprise touristique de la Loire est une fondation
Le maire de Saint-Martin-la-Plaine voudrait une offre de restauration et d'hôtellerie autour du parc (© Denis Meynard)

« Le record de 160 000 visiteurs enregistrés en 2011 pourrait très bien être battu cette année », annonce Pierre Thivillon, créateur du parc animalier de Saint-Martin-la-Plaine.

La première entreprise touristique du département, par le nombre de visiteurs, réalise un chiffre d’affaires annuel de 2,5 M€ avec 37 salariés (dont 35 à temps complet), parmi lesquels figurent 16 animaliers encadrés par Jean-Christophe Gérard, le vétérinaire attaché au parc.
Pierre et Eliane Thivillon fêteront en novembre le 43e anniversaire du début des travaux entrepris pour défricher des terrains agricoles sur lesquels ils ont créé, puis développé le zoo renommé de la Loire. Au fil des ans, sa surface est passée de 3 à 13 ha. D’autres extensions sont envisagées, tandis que d’importants travaux de remplacement de nombreuses cages datant de 1972 vont débuter dans les prochains mois.
Si la France compte sept parcs animaliers dotés de gorilles, celui de Saint-Martin est unique pour la relation de proximité nouée avec eux. Digit, une femelle gorille de 130 kg, partage depuis 15 ans la vie du couple Thivillon. Cet établissement remplit aussi une mission d’accueil d’animaux sauvages maltraités recueillis sur l’ensemble de la France, via l’association Tonga Terre d’Accueil, créée en 2008. A ce titre un de ses bâtiments avait été financé par le Département. La fondation Brigitte Bardot lui a récemment remis 150 000 € pour le financement d’un nouveau bâtiment destiné à l’accueil de ces animaux. Le statut de fondation n’est pas étranger à cet ancien horticulteur et à son épouse, dépourvus de descendants, puisqu’ils ont eux même créé un fonds de dotation (une variante d’une fondation), désormais propriétaire de tous leurs biens.
La direction, qui a reçu en décembre 2013 le prix « Coup de coeur de l’économie » décerné par le magazine Vox Rhône-Alpes, voudrait capitaliser sur les flux touristiques qu’elle génère. Christian Fayolle, le maire de la commune, souhaite lui aussi « que l’ex-restaurant Le Flamand Rose puisse à nouveau être exploité, si possible en y ajoutant de l’hôtellerie ». Il précise que « la commune serait prête à s’engager sur un partenariat public/privé pour soutenir ce projet ».

D.M.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide