Fermer la publicité

Tourisme d’affaires : Carlson Wagonlit Travel se renforce à Saint-Etienne

Loire le 08 juillet 2014 - Denis Meynard - Agglomération stéphanoise - article lu 3010 fois

Tourisme d’affaires : Carlson Wagonlit Travel se renforce à Saint-Etienne
La plupart des contrats de Carlson Wagonlit Travel ont été renouvelés par ses clients pour les prochaines années (© Denis Meynard)

Douze ans après la création de la plate-forme de gestion de voyages d’affaires de Protravel à Saint-Etienne, cette dernière s’est développée jusqu’à atteindre « un effectif de 275 personnes, représentant 230 équivalents temps-pleins, indique Laurent Blaya, qui en assure la direction.

Au départ il n’y avait qu’un client, EDF-GDF, aujourd’hui nous y sommes sur quatre plateaux pour servir également Orange, Thales, Renault-Nissan et la Fromagerie Bel », explique Laurent Comte, directeur général pour la France de Carlson Wagonlit Travel, qui a repris Protravel en 2014.
Face au développement des relations clients online, qui générait du sureffectif dans l’entreprise, elle s’est réorganisée en 2013 en fermant quatre plates-formes à Lyon, Marseille, Strasbourg et Villepinte. Parmi les sept restantes, qui représentent un chiffre d’affaires de 1,4 Md€, avec 920 personnes, Saint-Etienne est celle qui compte le plus gros effectif. Elle est la seule qui propose aux grands comptes que sont ses clients traditionnels et à d’autres un nouveau service : l’organisation de séminaires dans des salles de réunion dédiées ou des hôtels. Le site stéphanois de l’entreprise, installé rue Ponchardier, dans 2 500 m2 d’anciens locaux de Manufrance, gère des activités réputées complexes. Cela génère des besoins en formation et en encadrement qui sont pourvus principalement par le BTS Tourisme du lycée stéphanois Tézenas-du-Montcel.

+ 5 à + 10 % d’effectifs

Cette plate-forme qui utilise le téléphone comme outil de travail va étendre son rayon d’action pour certains clients. « Comme EDF dont nous gérions déjà les voyages d’affaires sur le Bénélux et pour qui cela sera étendu sur l’Italie et l’Angleterre. Nous allons donc recruter des personnes formées à ces langues, dont certaines qui ont une formation universitaire bilingue ou trilingue, mais qui ne connaissent pas encore le voyage d’affaires », déclare Laurent Blaya. Il précise que « l’effectif actuel ne devrait pas grossir au-delà de 5 à 10 % ».
De leur côté, les élus de Saint-Etienne Métropole ont voté lundi soir (lire en p. 12) une subvention de 200 000 € au profit de CWT France, correspondant à la création de 40 emplois supplémentaires sur six ans.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide