Fermer la publicité

Thuasne ouvre un cinquième site à Saint-Etienne

Loire le 02 avril 2015 - Denis Meynard - Industrie - article lu 2575 fois

Thuasne ouvre un cinquième site à Saint-Etienne

L'ETI dirigée par Elisabeth Ducottet poursuit ses investissements industriels et immobiliers dans sa région d'origine.

Thuasne a terminé 2014 en croissance, avec un chiffre d’affaires de 182 M€ (contre 158 M€ en 2012), réalisé pour 40 % à l’international, avec 1 800 salariés, dont presque un tiers en France. Environ 370 travaillent Saint-Etienne dans cette entreprise qui consacre 3,5 % de son chiffre d’affaires à la recherche-développement, investissant autour de 10 M€ par an sur ses différents sites. Le groupe familial, qui possède quatre sites à Saint-Etienne, y achève la construction d’un cinquième bâtiment de 2 600 m2, sur la zone industrielle de La Chauvetière. Un investissement immobilier de près de 3,5 M€. Avec 1 600 m2 de bureaux et 1 000 m2 pour l’extension de la plate-forme logistique qu’ils jouxtent.
Le bâtiment de verre, baptisé Agora, accueillera les équipes commerciales et sera connecté par des moyens modernes de communication (internet, visio-conférence… etc) à l’ensemble des filiales. Le showroom de l’entreprise y sera installé. Il comprendra un espace de pédagogie de la vente et de démonstration aux clients. « Des conférences et des formations y seront organisés, avec un recours accru au digital », explique la Pdg, Elisabeth Ducottet. L’espace libéré sur le site de la rue de La Jomayère sera dédié à la R&D et à la création.

La présidente de Thuasne, dont l’intervention a été très applaudie à la table ronde Design & Industries organisée le 31 mars dans la cadre de la semaine « Biennale to business » organisée à Saint-Etienne y a déclaré : « chez nous le design est entré un peu par hasard, en tâtonnant, en voulant rajouter un peu de couleur quand le produit était fini. C’était du bricolage, avant des rencontres importantes avec des personnes telles que la créatrice Nelly Rodi », présidente de l’agence éponyme.

Des designers locaux et étrangers sur le projet

L’entreprise dirigée par la jeune septuagénaire, par ailleurs présidente du R3ilba (Réseau innovation immatérielle pour l’industrie), a depuis complètement intégré le design, y compris pour la valeur d’usage attendue des nouveaux produits, dès la conception. Outre les compétences extérieures auxquelles elle fait appel, Thuasne dispose en interne d’une designer en chef, Marie Gérard. Elle a été rejointe l’an dernier par Justine Allard, designer graphique, formée aux Ateliers de Sèvres et à l’Ecole supérieure d’art et de design de Reims, qui anime, sur la Biennale 2015 le laboratoire de l’ETI constitué d’un parcours sensoriel autour d’une chevillière et d’une ceinture lombaire.

L’entreprise dont l’implantation s’est internationalisée depuis deux décennies, fait aussi appel à des designers locaux dans des pays tels que l’Allemagne ou les Etats-Unis pour des collections régionalisées. Sa dirigeant confie avoir « constaté que les Allemands n’aiment pas la fantaisie, même la présence de couleurs, sur leur ceinture lombaire, ils préfèrent une teinte unie, notamment le noir, car ils ont un rapport au corps qui est différent de celui d’autres pays. Chez eux, ce produit est perçu comme un aveu de faiblesse qu’il faut cacher. Alors que les Français et encore plus les Américains ont une relation plus distanciée, voire démonstrative, vis-à-vis de leur corps augmenté par le port d’une orthèse ».

Elisabeth Ducottet, qui indique avoir pris 40 nouveaux jeunes en apprentissage, la moitié dans des métiers techniques, les autres dans des fonctions commerciales, a dit souhaiter la mise en place de formations qui permettent de former en alternance des jeunes aux métiers du design. Elle plaide aussi pour que cette fonction soit « prise en direct par le dirigeant, qui doit accepter les réflexes de peur et de chaos qu’elle peut générer à l’intérieur de l’entreprise ».

Denis Meynard

Développement continu à l’international

Elisabeth Ducottet est à l’origine de ouverture à l’international de l’entreprise née en 1847 à Saint-Etienne, avec une première acquisition en Allemagne en 1991. Une deuxième a eu lieu depuis dans ce pays, après d’autres en Italie, Hollande et Europe Centrale. Plus loin de la France, une opération a eu lieu en Californie début 2011. A la même période, Thuasne devenait « actionnaire minoritaire d’un joint-venture avec une entreprise indienne qui a la même activité que nous ». Enfin, en février dernier, Thuasne a fait l’acquisition de l’entreprise suédoise Mediband AB, spécialisée dans la commercialisation d’orthèses rigides, en aluminium ou fibre de carbone. Cela double son chiffre d’affaires en Scandinavie, en le portant à 4 M€.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide