Fermer la publicité

Thuasne acquiert un fabricant anglais d'orthèses

Loire le 21 octobre 2016 - Denis Meynard - Textile - article lu 302 fois

Thuasne acquiert un fabricant anglais d'orthèses
Denis Meynard - Les orthèses, textiles et rigides, constituent la première famille de produits vendue par Thuasne.

Le groupe stéphanois effectue une nouvelle acquisition dans les orthèses rigides, après celle de l'Américain Townsend Design, en 2011.

Le spécialiste stéphanois des dispositifs médicaux Thuasne a fait l’acquisition, la semaine dernière, de 100 % du capital du fabricant de chevillières rigides Orthotic composites limited, basé en région londonienne. Cette société de dix salariés a été créée en 2011 par Tim Cooney, une jeune orthoprothésiste australien, dans le cadre d’une collaboration avec le National health service (NHS) britannique pour développer des techniques innovantes d’industrialisation d’orthèses.

L’essentiel de la production, commercialisée depuis 2013, concerne une gamme d’orthèses de cheville, standard ou sur-mesure. « Elles se caractérisent par leur grande légèreté, mais aussi leur grande résistance, grâce à l’usage de matériaux composites, associant carbone et résines de synthèse, selon des technologies propres à la Formule 1 », souligne Delphine Hanton, directrice générale adjointe de Thuasne. Elle annonce que l’entreprise stéphanoise qui se dote ainsi d’une « nouvelle expertise » veut « capitaliser à partir de ce savoir-faire sur d’autres types d’orthèses et au-delà du marché anglais ».

Le groupe stéphanois, qui annonce pour 2016 un chiffre d’affaires de 220 M€ (+ 10 %), avec près de 2 000 salariés (dont environ 400 à Saint-Etienne), dispose déjà d’une présence en Grande-Bretagne, à travers une filiale commerciale héritée du rachat, en 2008, du fabricant allemand de prothèses mammaires externes Thämert.

170 ans fêtés en janvier 2017

L'ETI spécialisée dans le textile médical, qui fêtera en janvier ses 170 ans, multiplie ces dernières années les partenariats et les prises de participation dans des start-up et autres sociétés du secteur numérique (application, 3D, développement de nouveaux produits… etc). « On en compte près d’une quinzaine », souligne Delphine Hanton.

Le groupe familial dirigé par sa mère, Elisabeth Ducottet, a ouvert cet été un nouveau laboratoire à Lyon. Complémentaire de celui installé dans son Agora stéphanoise inaugurée l’an dernier, il est chapeauté par Laurent Fichet, un spécialiste du textile connecté qui a rejoint l’entreprise en 2015.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide