Fermer la publicité

Théâtre : Brecht, un monde sens dessus dessous

Loire le 20 novembre 2014 - Florence Barnola - Spectacle, Théâtre - article lu 258 fois

Théâtre : Brecht, un monde sens dessus dessous
Photo : Dominique Brillault - Nicolas Bouchaud dans le rôle de Galilée

En défendant la thèse copernicienne, la terre tourne autour du soleil, Galilée à déclenché les foudres de ceux par qui l'ordre s'établit, l'Église en tête de gondole.

Que la terre ne soit plus le centre de l’univers est une affirmation difficile à avaler au début du XVIIe siècle. Le mouvement des Lumières ne sera lancé que bien plus tard.
Cette pièce de Bertolt Brecht, réputée mais peu montée notamment pour sa durée et son grand nombre de personnages, avait pourtant fait l’objet de la dernière mise en scène d’Antoine Vitez. Jean-François Sivadier l’a créée en 2002 au TNB (Théâtre National de Bretagne). Le spectacle a connu un immense succès, tournant pendant quatre ans. Eloi Recoing a fait un travail de traduction fabuleux et la distribution est magique. Nicolas Bouchaud endosse magistralement, génialement, le rôle titre. Il nous emmène dans sa quête de vérité, dans son combat pour celle-ci jusqu’au final poignant. Sept acteurs l’accompagnent dans cette aventure scientifique et humaine, se partageant une trentaine de rôles. La troupe se connait bien et cette connivence, tout en ludisme, se sent sur le plateau. A vivre cette fresque sur la liberté de penser où Galilée telle une figure christique embarque avec lui de jeunes disciples, on s’amuse. On rit et à la sortie on réfléchit. Le décor nous transpose dans un univers fait de panneaux de bois qui s’ajustent, se réaménagent,  se pourrait être la proue d’un navire…
Pour le metteur en scène (que l’on a vu dernièrement dans la série les Revenants) le texte de Bertolt Brecht a une double lecture, la vie de l’astronome serait une allégorie du théâtre : « La Vie de Galilée est une fable sur le jeu de la raison et de l’imagination et sur le vertige qui en résulte. Nous avons essayé de traduire ce vertige et le trouble de cet autoportrait de l’auteur, qui se taille dans Galilée un costume sur mesure. Nous lisons dans le regard obstiné de Galilée vers le ciel, celui de Brecht scrutant les régions inexplorées du théâtre qu’il lui reste à inventer. »

Florence Barnola
 

 

La Vie de Galilée, mis en scène par Jean-François Sivadier du 3 au 5 décembre 2014 à 19 h au théâtre Jean Dasté à la Comédie de Saint-Etienne



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide