Fermer la publicité

Théâtre : Scapin, ce voyou…

Loire le 04 décembre 2014 - Béatrice Perrod-Bonnamour - Spectacle, Théâtre - article lu 106 fois

Théâtre : Scapin, ce voyou…
DR

On dit que le théâtre de Molière, c'est le jeu des masques et le combat des masques ? Les Fourberies de Scapin, ramènent le théâtre à sa plus simple expression : le langage.

On dit que le théâtre de Molière, c’est le jeu des masques et le combat des masques ?

Les Fourberies de Scapin, ramènent le théâtre à sa plus simple expression : le langage. Les mots suffisent à mettre le monde en critique. Cette pièce à l’écriture épurée est une magnifique machine de théâtre. C’est une fable sociale où « les masques » sont ceux de notre monde actuel : hypocrisie, naïveté, fourberie, indécence, insolence, se mêlent et concourent à un ensemble parfaitement écrit, rythmé et ludique.

Pourquoi le choix de Scapin ?

Jérémy Lopez, pensionnaire de la Comédie française, est ce Scapin de 2014. Je voulais un Scapin qui ressemble à tout le monde, physique banal, homme du peuple par excellence. Ce qui m’a guidé dans ce choix, c’est la dimension « voyou » de Scapin, capable d’être extrêmement calme et posé quand il s’agit de nouer les intrigues à haute voix ; mais également capable d’une fureur  et d’un déchaînement colossal au cœur de l’action.

Propos recueillis par Béatrice Perrod-Bonnamour


Par la Cie le Menteur volontaire. Théâtre de Roanne, jeudi 11 décembre à 19 h 30.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide