Fermer la publicité

Théâtre - Richard III de Shakespeare

Loire le 27 février 2014 - Florence Barnola - Spectacle, Théâtre - article lu 345 fois

Théâtre - Richard III de Shakespeare
(D.R.)

Elle met en effet en scène un personnage terrifiant à la fois par son physique et par son caractère qui parvient à incarner à lui seul la quintessence du Mal tant ce qu'il est capable de commettre pour arriver à ses fins est sordide.

Pas étonnant qu’elle ait inspiré de nombreux metteurs en scène qui s’y sont un jour ou un autre attelés, tout comme fasciné les plus grands comédiens qui ont désiré se frotter au monstre. De retour à Saint-Étienne, après neuf ans passés à la tête du Centre Dramatique National de Sartrouville, c’est cette pièce que Laurent Fréchuret a choisi de monter pour redonner vie à sa compagnie le théâtre de l’Incendie et renouer avec un compagnonnage artistique heureux qu’il avait déjà réuni lors de la création du Roi Lear en 2007 : l’auteure Dorothée Zumstein pour une nouvelle traduction et surtout Dominique Pinon dans le rôle-titre. Grand arpenteur des scènes mais aussi du cinéma (notamment chez Caro et Jeunet), ce dernier avait affreusement envie d’incarner le terrible roi et emmène avec lui une troupe de dix comédiens dans un tourbillon de violence magnifiée par la superbe langue du dramaturge anglais et raconte la fin d’un monde au travers d’une réunion de famille qui finit en un champ de cadavres.
Un des très grands classiques du théâtre élisabéthain, que son metteur en scène a souhaité construire à vue, en dialogue avec les spectateurs pris à partie comme autant de témoins, de voyeurs, de victimes ou de complices potentiels de Richard. « Richard III est un poème dangereux, commente le metteur en scène Laurent Fréchuret, une tragédie mêlée à une farce, traçant avec vertige l’un des plus beaux portraits du mal jamais tenté par un dramaturge. Une pensée, un souffle, un cabaret monstrueux, une partition inépuisable, un matériau brûlant, à éprouver collectivement. »

Florence Barnola

Théâtre Jean-Dasté de la Comédie de Saint-Étienne, mardi, mercredi 19, jeudi 20, vendredi 21 et samedi 22 mars 2013 à 20 h. (spectacle co-accueilli avec l’Opéra-Théâtre de Saint-Etienne). Tarif spécial : 20 €



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide