Fermer la publicité

Textile - Filinvest ferme les Moulinages du Pont

Loire le 30 octobre 2014 - Denis Meynard - Actualités - article lu 1018 fois

L’arrêt définitif des Moulinages du Pont c’est presque la fin de l’industrie textile à Pont-Salomon, une commune née voici moins de deux siècles de la Révolution industrielle qui agitait le bassin stéphanois.

Ils étaient une composante du petit groupe Sofila, dirigé pendant plusieurs décennies par Henri de France, repris voici deux ans par la holding Filinvest, qui avait auparavant acquis à la barre du tribunal de commerce les titres des entreprises de moulinage-texturation Billion Mayor.

6 000 m2 de friche

Né du rapprochement de deux sociétés centenaires (le texturateur et moulinier Condamin-Prodon et le guipeur et moulinier Schwarzenbach), Sofila réalisait alors un chiffre d’affaires de 10,7 M€. Ses trois sites de production sont dans la Drôme pour l’un (Gervatex), dans l’Yssingelais pour les deux autres : les Moulinages Poizat, à Dunières, et les Moulinages du Pont, à Pont-Salomon, à moins de 10 km de Firminy.
Ces derniers jours, les dirigeants du groupe de 70 personnes basé à Saint-Genis-Laval ont commencé à déménager une partie des machines de Pont-Salomon, pour les réinstaller ailleurs ou les vendre. Aucune des offres de reclassement sur Dunières n’ayant pu aboutir, les 13 salariés seront licenciés. « Laissant vide une usine de 6 000 m2, où ont travaillé jusqu’à 200 personnes à la fin des années soixante », indique son directeur Lionel Lachaume, par ailleurs conseiller municipal de la commune.
Le bâtiment proche de la RN88 devrait être vendu par le groupe à un marchand de biens, qui les divisera en lots de plus petite taille pour proposer des sites de stockages à des PME ou à des artisans de la région. Le marché du moulinage et de la texturation continue à se réduire en Rhône-Alpes Auvergne car ses fournisseurs et ses clients se l’approprient par intégration verticale. A l’instar du fabricant de bas de contention Sigvaris, qui a investi ces dernières années dans une unité dédiée à cette activité dans le Forez.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide