Fermer la publicité

Le fabricant de lingerie Cheynet prépare une grosse restructuration

Loire le 13 juillet 2014 - Denis Meynard - Industrie - article lu 1007 fois

Le fabricant de lingerie Cheynet prépare une grosse restructuration
Grégoire Giraud, en compagnie de Laurent Wauquiez, a fait appel à un manager de transition (© Denis Meynard)

En dépit d'une croissance de Cheynet & Fils, qui compte 300 salariés à Saint-Just-Malmont, de près de 9 % du chiffre d'affaires l'an dernier, à 17,3 M€, le fabricant de lingerie connaît des difficultés.

« La masse salariale est beaucoup trop élevée et les départs volontaires non-remplacés ne suffisent pas à la réduire rapidement », estime Grégoire Giraud, principal actionnaire du groupe. Il juge qu'’en l’état la plus grosse société de son groupe est vouée à perdre de l’argent. Il ajoute qu’« en dépit de l’aide apportée par les autres filiales du groupe, nous n’avons pas les moyens de financer l’important plan social en préparation » au sein de la société en redressement judiciaire depuis le 1er juillet.

En avril, un manager de transition, Jean-Jacques Monge, a été nommé au poste de directeur-général de Cheynet & Fils. « Son analyse est que la masse salariale est très élevée par rapport à la valeur ajoutée globale. Il m’a proposé de redimensionner l’entreprise en capitalisant sur notre coeur de métier : la lingerie corsetterie », explique Grégoire Giraud. Un coup d’arrêt va donc être mis sur une partie de la diversification dans les secteurs de la santé, de l'habillement, de la décoration et du sport, qui représentent 40 % du chiffre d’affaires.

« Le pari du sauvetage de l’entreprise repose aussi sur nos clients que j’ai rencontrés au Salon international de la lingerie de Paris, du 5 au 7 juillet, ajoute le dirigeant. Au terme d’une analyse de la valeur des produits, nous devons adapter notre tarification, afin de la rendre plus compétitive sur les grandes séries et plus cher sur les petites séries et les prototypes, en faisant rémunérer les services qui accompagnent la fabrication », précise Grégoire Giraud, qui a le sentiment d’avoir été entendu par les grandes marques de lingerie et corsetterie (Chantelle, Simone Pérèle, Lise Charmel, Maison Lejaby… etc) et de sous-vêtements masculins (Eminence, Athéna, Pull In… ).

Le groupe Cheynet, qui compte près de 600 salariés pour un chiffre d’affaires de 35,3 M€ avec ses filiales tunisienne et thaïlandaise, possède la société Berthéas, qui emploie 70 personnes à Saint-Chamond.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide