Fermer la publicité

Textile - Cepovett : contrat de 30 M€ avec la SNCF

Loire le 16 janvier 2014 - Denis Meynard - Actualités - article lu 1108 fois

Textile - Cepovett : contrat de 30 M€ avec la SNCF
Une opératrice scanne des articles de la plateforme logistique de Gleizé (D.R.)

Le fabricant de vêtements professionnels Cepovett, présent à Andrézieux-Bouthéon et à Gleizé (Rhône), vient d’annoncer un contrat de 30 M€ avec la SNCF.

L’entreprise retenue en décembre dans le cadre d’un appel d’offres européen livrera à partir de la mi-2014 l’ensemble des tenues de travail et de protection des 40 000 agents techniques du transporteur ferroviaire français. « Ces derniers, affectés à différentes activités (infrastructure, matériel, frêt, voyage), représentent une grande diversité de métiers, avec de la protection contre la flamme, des risques chimiques, des exigences de haute visibilité, des contraintes de nettoyage à bord des trains, jusqu’à l’image des cheminots sur le bord des voies », indique la direction de Cepovett. Elle précise que par souci de sécurité « la couleur orange haute visibilité est mise au coeur de la collection et généralisée à l’ensemble des métiers techniques, encadrement compris ». « C’est une première historique de réaliser une collection unique, cohérente et multirisques pour l’ensemble des personnels techniques SNCF », déclare Gaël Vanneuville, directeur général de Cepovett.
La plus grosse partie de la matière première (coton et polyester) est fabriquée par l’entreprise TDV Industrie, installée en Mayenne. Les tissus techniques de protection contre les intempéries, à base de membranes contre-collées, rentrant dans la composition des parkas, sont quant à eux réalisés par l’Américain Gore-Tex, en Allemagne. « La confection sera réalisée à 100 % dans nos unités du Maghreb », indique Cepovett, qui emploie 6 000 personnes au Maroc et en Tunisie. Ce groupe familial en croissance régulière a frôlé l’an dernier les 100 M€, dont 15 % à l’export avec 250 salariés en France. Son unité de R&D de la Loire résulte de l’acquisition en 2005 de la société Aimée Julien. Une soixantaine de personnes concentre le bureau d’études, le bureau de style et l’atelier de prototypage du groupe, dont le siège, les services supports et la principale des deux plates-formes logistiques sont à Gleizé, près de Villefranche-sur-Saône.
En 2009, le leader français du vêtement professionnel et d'image, avait acheté l'activité du groupe Sperian Protection (ex-Bacou-Dalloz) dans ce domaine, mettant ainsi la main sur la marque de prestige Ox'bridge. Début 2013, il a repris son concurrent Vanneuville, de Bagnols (Gard). Spécialisé dans les vêtements professionnels pour l’environnement nucléaire, il apporte une vingtaine de millions d’euros de chiffre d’affaires supplémentaires à l’entreprise familiale présidée par Nicolas Sandjian.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide