Fermer la publicité

Terraval'd : entre transition et projets d'avenir

Isère le 19 mars 2017 - Patricia TRICOCHE - Nord-Isère

Terraval'd : entre transition et projets d'avenir
Patricia Perry Tricoche - Philippe Poncet fait découvrir l'exploitation aux élus

A l'heure où les agriculteurs doivent faire face à de nombreuses difficultés, le Comité de territoire agricole et rural des Vals du Dauphiné (Terraval'd) profitait de son assemblée générale pour conforter son rôle de relais mais surtout de réflexion et d'action pour une agriculture vivante des Vals du Dauphiné.

Le président Didier Villard se voulait rassurant alors même que l’année 2016 a été particulièrement « floue », que ce soit au niveau du contexte qui n’aide pas les agriculteurs et notamment les éleveurs à voir clair ni même à s’engager sereinement dans l’avenir, mais aussi au niveau des institutions avec le processus de création de la nouvelle intercommunalité des Vals du Dauphiné.

Une année de transition qui ne devait pas faire oublier que l’agriculture est à la croisée de l’économie locale et de filière, de l’aménagement foncier de l’environnement ou encore de la gestion paysagère et de l’innovation. Comme le soulignait Thomas Behal, chargé de mission, « l’agriculture passe d’un modèle qui a prévalu pendant 30 ou 40 ans mais qui ne tient plus. Le modèle reste à inventer mais on peut déjà en apercevoir les formes dans quelques exploitations qui font des choix de transformer les productions, de s’impliquer dans des projets énergétiques avec l’aide de la chambre d’agriculture de l’Isère en étroite collaboration avec les élus locaux. Ce territoire est en constante croissance démographique alimenté par des populations plutôt urbaines qui arrivent avec leurs habitudes. »

Système innovant de distributeur de céréales

Des contextes nouveaux qui peuvent être des atouts, selon le président, pour réussir « le bien vivre ensemble ». Au-delà de la vision d’avenir et de la construction avec la nouvelle intercommunalité, Terraval’d  s’implique dans des projets agricoles et ruraux assurant sa mission d’animation.

Si le projet Aoste Mathé Terre n’a pu aboutir le travail accompli donne de solides bases pour étudier de nouveaux projets de plus petites tailles sur des exploitations agricoles regroupant 5 à 10 agriculteurs  (8 000 à 10 900 tonnes/an).

L’opération « collecte des pneus en Nord Isère » a touché plus de 150 agriculteurs et leur a permis de régler seulement 20 % du coût total les 80 % étant pris en charge par les partenaires. En effet, le temps où les silos d’ensilage étaient lestés par des pneus est révolu car de nouvelles techniques apparaissent.

Bien d’autres sujets étaient à l’ordre du jour d’une assemblée qui voulait rester vigilante, notamment sur la protection du foncier et des nouveaux circuits courts.

Patricia Perry-Tricoche

Au cours de la visite du GAEC du Haut-Virieu qui concluait cette assemblée générale, les associés dans cet élevage bovins lait et cultures pour le troupeau présentaient l’exploitation mais surtout leur projet d’extension avec un nouvel associé et les perspectives de développement

Une exploitation qui aujourd’hui compte 110 vaches laitières et génisses, produit du maïs, du blé, du colza, de l’orge et de la luzerne avec des prairies permanentes et  950 000 litres de droits à produire (collecteur Danone) sur une surface agricole utile de 190 ha.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide