Fermer la publicité

Telecom Saint-Etienne absorbe l'Iram

Loire le 28 janvier 2015 - Mathieu OZANAM - Tech et Médias - article lu 776 fois

Telecom Saint-Etienne absorbe l'Iram
G.R.

A l'occasion de vœux communs, et sous l'égide du président de l'université Jean-Monnet à laquelle l'Institut Rhône-Alpes Médias (Iram) et Telecom Saint-Etienne appartiennent, les deux formations ont annoncé leur rapprochement. Jacques Fayolle, directeur de Telecom Saint-Etienne, en explique les raisons.

Depuis quand préparez-vous ce rapprochement ?

Nous y travaillons depuis le mois de juillet 2014 et il est effectif depuis le 1er janvier. Les personnels de l’Iram sont intégrés à ceux de Telecom Saint-Etienne. On peut parler d’une absorption au sens où l’Iram représente désormais une ligne budgétaire dans le budget de Telecom Saint-Etienne. L’idée est de redonner une impulsion à cette plateforme universitaire d’innovation, d’expérimentation et de formation aux usages et pratiques numériques qu’est l’Iram et qui, après le départ de la Wan-Ifra1, manquait de vision stratégique. Nous allons en redéfinir de A à Z.

Quel sens donner à la fusion d’une école d’ingénieurs et d’une « école des médias » ?

Cela fait sens car l’actualité très récente nous a permis de voir comment une information se diffusait sur les réseaux sociaux. Il paraît nécessaire de former les étudiants à l’apprentissage de l’information numérique.

Quelles perspectives vont naître de ce mariage ?

Il y a trois pas : nous apportons une ingénierie administrative et financière, nous allons travailler sur des approches d’innovation tournées vers le personnel des entreprises, il s’agit de formations continues et sur le court terme nous allons « customiser » des formations existantes en mixant les équipes d’étudiants.

Et sur le long terme ?

Nous sommes en pleine réflexion pour définir une maquette de formation. Cela pourrait aboutir à un double diplôme ou à un Master Grande Ecole de niveau bac + 6 nous devons avancer sur le sujet en nous posant la question au préalable des besoins en termes de formation des entreprises. Est-ce que l’on saisit la balle au bond qui a été lancée par la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem au sujet de l’éducation aux médias ? Cela veut dire de proposer une formation aux lycéens. Nous dépasserions alors les frontières de notre école d’ingénieurs en nous appuyant sur nos compétences en matière d’enseignement. Autre question à laquelle nous devons répondre : restons-nous sur le même bassin qu’aujourd’hui ou faut-il l’élargir ? Nous réfléchissons aussi à un Mooc sur la transition numérique.

Propos recueillis par Mathieu Ozanam

 

1 L’association internationale des journaux et des éditeurs de médias, à l’origine de l’Iram, avait annoncé sa décision de fermer son site stéphanois 3 mois après son inauguration en février 2013.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide