Fermer la publicité

Technologies - Craftsmen : le second « open device lab » de France

Loire le 05 janvier 2014 - Xavier Alix - Actualités - article lu 1492 fois

Technologies - Craftsmen : le second « open device lab » de France
Un « open device lab » : sur un seul panneau différents appareils reliés au même ordinateur, afin de tester en simultanée la même application informatique (© Craftsmen)

Il sont nombreux en Europe du nord, beaucoup plus rares en France : il n’existerait dans notre pays qu’un seul « open device lab ».

Le terme français n’a pas vraiment d’équivalent pour désigner ce petit dispositif de recherche créé par des entreprises d’informatique qu’elles laissent libre d’utilisation par les autres. Un « open device lab » consiste à placer sur un seul panneau différents appareils capables d’applications informatiques (tablettes, téléphones, portables etc.) tous reliés au même ordinateur, afin de tester en simultanée sur différentes technologies ce que donne la même application. Craftsmen, petite société informatique stéphanoise créée il y a 3 ans par Mehdi Lahmam, 28 ans, doit lancer le sien le 15 janvier prochain. « C’est l’esprit des “device lab“ de s’ouvrir aux autres, cela permet aussi plus de visibilité, de densifier notre réseau, de faire des tests pour les autres », explique M. l. ahmam. Cet ancien élève de Télecom, l'école d'ingénieurs en technologies de l'information de Jean-Monnet, diplômé 2010, avait inauguré dans la foulée l’incubateur d’entreprises Use'In créé par son école. « Je ne serai pas devenu entrepreneur sans cette aide, reconnaît-il, j’aurais pu être vite embauché, avoir un gros salaire de suite mais je ne me serais sans doute du coup jamais lancé. » Quelques mois après, un autre élève de Télécom s’est associé à lui : Kevin Chavanne. Ensemble, ils développent des applications mobiles, des formations pour d’autres entreprises dans leur secteur mais leur activité favorite consiste à proposer des solutions de logiciels à tous types de PME. « Des entreprises ayant besoin d’un outil de travail interne plus performant font souvent appel à des logiciels de gestion adaptés à des multinationales avec beaucoup de fonctionnalités coûtant jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’€ alors qu’elles ne l’utilisent qu’à 1 %. Nous proposons une autre méthode : passer du temps avec eux, régulièrement, pour analyser, hiérarchiser les besoins et développer en quelques mois le logiciel le plus adapté possible. Souvent pour dix fois moins cher. »

Une première embauche en mars

On comprend mieux la signification de Craftsmen, « artisans » en anglais. Pourquoi en anglais d’ailleurs ? « Nous travaillons dans un contexte très anglophone, où notre clientèle potentielle ne peut pas se limiter à la France. Nous mêmes, pouvons potentiellement travailler en décentralisé. » Ce sera le cas avec la première embauche, en mars, d’un responsable technique expérimenté basé… à Angers. Recruter quelqu’un, qui plus est expérimenté, preuve de bonne santé pour la société située désormais au BHT, voisin de Télécom. « Moi et mon associé commençons à nous payer au smic depuis cette année seulement. Nous travaillons à notre développement. » Après une année 2012, encore de « démarrage » à 30 000 € de CA, Craftsmen a atteint les 140 000 € en 2013.


Xavier Alix



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide