Fermer la publicité

Syndicats patronaux - Medef Loire : « l’état d’urgence »

Loire le 16 janvier 2014 - Xavier Alix - Actualités - article lu 571 fois

Syndicats patronaux - Medef Loire : « l’état d’urgence »
Une note tout de même positive pour le Medef Loire, « la qualité » du dialogue social national et local malgré la mode des « séquestrations à la Far-west » (D.R.)

Facile pour personne.

Sans surprise, les introductions aux vœux effectués par un délégué général et un président de fédérations professionnelles adhérentes - Daniel Roché pour l’UIMM (métallurgie) et Louis Vialon pour la FNTR (transporteurs) - ne faisaient pas l’éloge de 2013. Même si le premier tempérait un peu en affirmant que dans son domaine, « la Loire ne s’en sort pas trop mal par rapport à la moyenne de Rhône-Alpes. Je retiens aussi de belles actions comme les Trophées de l’alternance. » Reste que 2014 s’ouvre « avec des incertitudes sur la formation professionnelle et son financement, sur la fiscalité ». Louis Vialon rappelait la situation difficile des transporteurs, avec des fermetures qui continuent de tomber. Et bien sûr le dossier ultra sensible de l’éco taxe, toujours sur le bitume.
L’inquiétude, « c’est malheureusement l’état d’esprit dominant, ajoutait le président du Medef Loire Eric Le Jaouen. Notre message est simple : nous restons en état d’urgence. Ce message nous l’avons et continuons à le transmettre à l’Etat au niveau national et local. Nous avons encore vu la préfète le 14 décembre. Un retour à la croissance et l’emploi sont possibles si des actions structurelles sont faites. L’inflexion majeure du président de la République dans son discours du 31 décembre n’est pas si éloignée de ce que nous proposons, son pacte de responsabilité se rapproche de notre pacte de confiance. »
Le Medef souhaite évidemment une baisse de la fiscalité sur les entreprises, du coût du travail, des dépenses publiques, une simplification administrative. Même s’il ne voit pas son syndicat défiler dans la rue, Eric Le Jaouen salue l’unité d’actions patronales inédite sur l’année écoulée tout en invitant les multiples mouvements spontanés type Les Dupés (lire sur notre site) à travailler dans le dialogue via son syndicat où ils seront « toujours » relayés, soulignant qu’il est dommage que seules 10 % des 20 000 entreprises de la Loire adhèrent à une organisation professionnelle.
Ses propos n’oubliaient pas les municipales, du moins celles stéphanoises alors que le candidat UMP Gaël Perdiau entrait dans la salle : « nous souhaitons rencontrer tous les candidats, puis faire des propositions en avril. Nous avons besoin de foncier et il faut stopper l’inflation de la fiscalité locale » tout annonçant la création d’un indicateur Medef de comparaison des collectivités à échelle régionale.

Xavier Alix



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide