Fermer la publicité

Surenchère sur la réduction des impôts

Loire le 06 mars 2014 - Daniel Brignon - Agglomération stéphanoise - article lu 774 fois

Surenchère sur la réduction des impôts
Le Medef Loire a reçu cinq candidats. Manquaient le fédéraliste Paul Sordet, Romain Brossard (LO) et Belkacem Merahi (Parti de gauche)... (D.R.)

Olivier Longeon, tête de la liste Europe écologie les Verts et du MCR, croit aux chances de la mécanique qui « dans un rayon de 20 km autour de Saint-Etienne produit la totalité du façonnage » mais défend aussi les technologie de pointe développées dans le giron de la cité du design, « une partie de l’industrie du futur ».

Le candidat vert ne s’affiche « pas forcément pour plus de simplification », ni « pas forcément anti taxes et anti impôts ». Il est aussi mesuré dans la mise en œuvre des infrastructures, préférant la rénovation de l’A 47 à la construction de l’A 45, ou l’amélioration des voies existantes du réseau à la construction de la LGV. Olivier Longeon parie aussi sur la fibre et l’avenir des réseaux intelligents, smart grids, un enjeu pour « relocaliser des emplois à Saint-Etienne ».
C’est en tant que chef d’entreprise que se présente Hubert Patural, candidat de « Saint-Etienne c’est capital », qui, « débarrassé des idéologues », dit-il, veut rassurer et restaurer « l’attractivité commerciale », en « ouvrant tous les sens naturels de circulation » dans la ville, et le dynamisme économique. Il suggère pour cela de créer un fonds de placement de proximité. H. Patural propose « un choc fiscal immédiat », une baisse de 5 % partagée entre les taux habitation et foncier, soit 20 M€ en moins qui seraient gagnés sur le fonctionnement.
Gaël Perdriau, candidat UMP, UDI, Modem, suggère de rationnaliser la gouvernance économique, de créer une marque, une maison du grand Saint-Etienne à Paris. Gaël Perdriau veut garder les entreprises intra muros en facilitant les accès, par l’A 45, le développement du ferroviaire, il avance l’idée d’un métro entre Saint-Etienne et Lyon, et promet une troisième ligne de tram. Il s’agit encore de poursuivre le développement de la zone de Châteaucreux, de la cité du design sous un angle plus économique, développer le numérique avec la création d’un data center, Gaël Perdriau s’engage « à ne pas augmenter les impôts sur l’ensemble des taxes. »
« Je souhaite relâcher le garrot par une baisse de 1 % par an des taxes d’habitation, foncière et CFE. Je souhaite supprimer la taxe sur les enseignes, et diminuer la taxe sur les terrasses », annonce Gabriel de Peyrecave, le candidat FN, qui veut s’employer à la « réindustrialisation de la ville autour d’un tissu dense de PME-PMI, soutenues massivement », par des prêts à taux zéro, une « préférence locale » dans les marchés publics.
En termes d’imposition, Maurice Vincent, le maire sortant, reste prudent déclarant « ne pas augmenter les taux d’imposition, à législation constante ». S’appuyant sur une réunion du service économique de la ville et de l’agglomération, M. Vincent se déclare favorable à davantage d’intégration avec notamment la création qu’il suggère d’un communauté urbaine. Les infrastructures pour le maire, c’est l’A 45 « dont le projet n’a jamais autant avancé que pendant ce mandat », l’accessibilité aux zones d’activité, davantage de places dans les TER, la 4 G en route parmi les premiers. Il insiste sur « le développement universitaire » et la poursuite d’une gestion rigoureuse qui permette de dégager une forte capacité d’investissement.

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide