Fermer la publicité

Stromae, des morceaux incarnés !

Loire le 29 mai 2014 - Olivier Trojani - Agglomération stéphanoise - article lu 179 fois

Stromae, des morceaux incarnés !
(© Olivier Trojani)

En 2007, Stromae sort son premier EP quatre titres Juste un cerveau, un flow, un fond et un mic…En 2009, il effectue un stage dans une radio à Bruxelles et monte son entreprise de production, Moasert, puis signe avec Universal Music France pour la distribution et la promotion.

En 2007, Stromae sort son premier EP quatre titres Juste un cerveau, un flow, un fond et un mic…En 2009, il effectue un stage dans une radio à Bruxelles et monte son entreprise de production, Moasert, puis signe avec Universal Music France pour la distribution et la promotion. En 2010, en guise de prémisses à son premier album Cheese, Stromae sort les singles Alors on danse et Up saw liz. Avec cet opus, le succès s’installe rapidement tant en Belgique, qu’en France, en Allemagne, en Suisse, au Québec… Les prix se succèdent alors les uns après les autres, jusqu’à une première Victoire de musique en 2011 dans la catégorie album de musiques électroniques/dance.

Au mois d’août 2013, Stromae sort son second album studio : Racine carrée. Il est précédé du single Papaoutai. Mais, c’est avec le titre Formidable qu’il créer un énorme buzz, principalement dû au clip vidéo qui l’accompagne où on peut le voir évoluer ivre en pleine rue. Stromae interprète si bien ce rôle - celui d’un homme soûl largué par sa copine - qu’il crée une parfaite illusion et fait du même coup exploser le nombre de vue sur internet. A la fin de l’année 2013, l’album Racine Carrée a déjà atteint 1 000 000 d’exemplaires vendus et Stromae remporte de nouveau une série de prix, dont pas moins de trois Victoires de la musique – sur les quatre dans lesquels il était nominé, dont la seul qu’il n’est pas eu chanson originale -  début 2014 dans les catégories artiste interprète masculin, album de chanson et vidéo-clip.


Stromae s’impose aujourd’hui comme un des artistes devenus incontournables dans le paysage musical français. Il faut dire que tout contribue à ce résultat : d’une identité forte de l’image, avec ses chemises et autres nœuds papillons, et du son, marqué par l’électro des années 90, en passant par une production impeccable, des mélodies efficaces, un contraste entre des lignes instrumentales festives et des textes aux sujets qui ne le sont pas vraiment, mais qui exprime des expériences auxquelles on peut se rattacher d’une manière ou d’une autre… S’en compter la faculté de Stromae à véritablement incarner ses textes et du même coup ses personnages. Alors Stromae, on aime ou pas, mais il a le talent de faire réagir !

Olivier Trojani

Zénith
Rue Scheurer Kestner, Saint-Etienne (42) ; www.paroles-et-musiques.net, www.zenith-saint-etienne.fr, http://stromae.net.
Mer. 4 juin à 20 h 30, 34 €/44 €.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide