Fermer la publicité

Saint-Etienne Métropole dévoile le plan Etat-Région

Loire le 14 octobre 2015 - Emilie Massard - Collectivités locales - article lu 475 fois

Saint-Etienne Métropole dévoile le plan Etat-Région
Emilie Massard - Le volet transport du plan Etat/Région fait la part belle au ferroviaire

A l'occasion du dernier conseil communautaire de St-Etienne Métropole, Gaël Perdriau a dévoilé les grandes lignes du plan Etat-Région qui commence cette fin d'année et qui concerne principalement les transports, l'enseignement supérieur, la transition énergétique et un volet territorial.

Le contrat Plan Etat Région a occupé une bonne partie du conseil communautaire le jeudi 8 octobre dernier, puisqu’il démarrera le 4 décembre prochain et se poursuivra jusqu’en 2020. Un contrat qui décline les financements accordés par l’Etat et la Région sur différentes thématiques.

Avec d’abord un volet transports qui fait la part belle au ferroviaire. 50 M€ seront investis par la Région sur le territoire de Rhône-Alpes, et en ce qui concerne la Loire, des études vont être menées pour envisager la création de haltes ferroviaires à la Grand-Croix et à Villars. Tandis que les études se poursuivront autour d’une ligne Saint-Etienne/Saint-Exupéry, l’axe Saint-Etienne/ Lyon/ Ambérieu verra lui sa capacité et sa régularité augmentées. Du côté des transports routiers, l’enveloppe de 17 M€ (financée par l’Etat pour moitié et par Saint-Etienne Métropole et le Département) servira notamment à aménager un échangeur sur la RN 88 à la Varizelle.

Du côté de l’enseignement supérieur, les crédits accordés se monte à près de 50 M€, partagés entre l’Etat (16,1 M€), la Région (16,3 M€) et Saint-Etienne Métropole et le Département (16,9 M€). Des financements d’autant plus importants qu’ils représentent 25 % de l’enveloppe régionale alors que le territoire de Saint-Etienne Métropole ne regroupe que 10 % des étudiants rhônalpins. Ils comprennent entre autre l’aménagement du campus Tréfilerie et la création du Centre des savoirs et de l’innovation sur le campus Manufacture. Sur le sujet de l’enseignement supérieur, le conseil communautaire a par ailleurs voté une enveloppe d’1 M€ pour le financement de l’école d’infirmières à Saint-Chamond.

Le volet transition écologique concerne lui le programme Territoire à énergie positive (Tepos), qui bénéficiera de 7 M€ de crédits de l’Ademe pour la Loire, tandis que des fonds Feder viendront appuyer la rénovation thermique du parc social. Autour du sujet écologique, Gaël Perdriau a précisé que la ministre du développement durable, Ségolène Royal, avait sélectionné Saint-Etienne ainsi que 19 autres villes pour le programme Ville Respirable, qui finance des projets en faveur de la qualité de l’air. Saint-Etienne a également proposé sa candidature à deux autres appels à projets autour de l’écologie : Ville Durable et Ville de demain, qui pourraient financer des projets du plan de mandat.

Le dernier volet concerné par le contrat Plan Etat/Région n’est pas le moins important, puisqu’il s’agit du volet territorial. La Région octroie une participation de 40 € par habitants pour des projets structurants, soit près de 16 M€ pour le territoire de Sem. Cette enveloppe pourra par exemple financer la passerelle du Musée de la Mine, le parc de la Doa, la rénovation du stade le Corbusier, l’aménagement des gares de la Terrasse et de Carnot, les biennales 2017 et 2019 ou encore des projets autour de l’économie sociale et solidaire ou de l’agriculture. Le volet territorial comprend également le Programme stratégique et opérationnel (POS) de l’Epase qui se monte à 80 M€, financé pour moitié par l’Etat, et le Contrat de ville.

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide