Fermer la publicité

Squadrone System vise les professionnels

Isère le 15 avril 2017 - Laurent MARCHANDIAU - Industrie

Squadrone System vise les professionnels
Squadrone System - Squadrone System est en cours d'élaboration d'un drone, exo.expert, s'adressant au secteur de l'assurance.

Après le succès remporté par son drone suiveur Hexo+ en 2014, la start-up grenobloise se lance à l'assaut du marché professionnel : assurance, logistique et sécurité de sites sensibles… Pour ce faire, la jeune pousse vient d'initier une levée de fonds sur Smart Angels dans la perspective de récolter 500 000 € à 1 M€.

Entretien avec son président Antoine Level.

Comment est née Squadrone System ?

Fruit d’une rencontre lors du start-up Week-end 2013, l’idée est venue de Sylvain Montreuil et de Sogilis. Notre concept consiste à révolutionner la manière dont les personnes se filmaient lors de leurs performances sportives. D’où l’idée de créer un drone suiveur autonome et intelligent sur lequel est positionnée une caméra embarquée. En février 2014, nous créons Squadrone System pour développer ce drone et lançons dans la foulée une campagne sur kickstarter en juin 2014 avec un vif succès - 1,3 M$ récolté auprès de 2 336 personnes - tout en nous apportant la visibilité nécessaire au développement de notre produit, l’Hexo +. Ce fut véritablement un test grandeur nature qui a validé notre concept et permis de lancer l’industrialisation. Adossés à Startup Maker avec le soutien de Sogilis, nous avons recruté 9 salariés en octobre 2014 et débuté la production qui nécessitera en tout neuf mois de développement. Fin 2015, 2 500 de nos drones étaient livrés dans le monde. Depuis sa création, 3 500 Hexo + ont été vendus dont 25 % en Europe, 50 % en Amérique du Nord, le reste se répartissant dans différents pays (Japon, Corée du Sud, Australie…). Nous observons un taux de retour de nos produits de moins de 2 %.

À l’origine, vous vous êtes lancés le loisir. Pourquoi changer d’orientation ?

En mars 2016, plusieurs acteurs importants se sont positionnés sur ce segment de marché avec notamment GoPro et son drone Karma. Par ailleurs, DJI, l’un des leaders dans ce domaine a lancé son drone Phantom 4 tout en baissant de 30 % les prix de son Phantom 3. Rester sur ce type de marché ne nous paraissait plus viable sur le long terme. D’où la décision de nous recentrer sur le drone autonome intelligent à destination des professionnels. Nous avons restructuré la société et débuté une première phase d’exploration afin d’identifier les marchés sur lesquels nous étions susceptibles de positionner notre produit. Trois secteurs ont été définis : la logistique avec notamment l’inventaire d’entrepôt, l’inspection et assurances ainsi que la sécurité.

Où en êtes-vous actuellement ?

Sur la logistique, nous développons, en collaboration avec le groupe Hardis (800 salariés, 70 M€ de CA), un drone autonome - Eyesee - capable de naviguer dans les allées et scanner les code-barres sans intervention humaine, permettant de collecter les données correctes et réduire à quelques heures ce qui prend aujourd'hui des jours. Ce concept est aujourd’hui en phase de test chez les clients de nos partenaires. Concernant l’inspection et assurances, nous sommes sur le point de commercialiser une solution - exo.expert - qui permet aux experts en assurances de voir et mesurer en direct, depuis les airs, une surface endommagée à partir d'un iPad. Nous disposons d’ores et déjà d’un contrat de distribution et de développement avec Groupama Auvergne. Sur la sécurité, nous collaborons avec Safran pour concevoir un drone axé sur la surveillance de sites sensibles et industriels permettant. Ce produit qui verra le jour en 2018, offrira plus de réactivité tout en réduisant les coûts fixes de sécurité. Les drones se relayeront et se rechargeront automatiquement sur une base dédiée. Nous sommes aussi en contact avec Somfy pour réaliser des applications dans la sécurité résidentielle.

Pourquoi une nouvelle levée de fonds sur la plateforme Smart Angels ?

Nous avons besoin de 500 000 € à 1 M€ pour accélérer le développement de nos produits et, en particulier, effectuer les premiers essais pilotes de notre drone logistique. Cette campagne qui se clôturera le 24 avril prochain est accessible à tous investisseurs désireux de nous soutenir avec un apport minimum de 1 000 €. Il faut savoir que le marché potentiel pour les drones professionnels atteindra 127 Md$ d’ici 2022 et nous sommes convaincus qu’ils seront intelligents et autonomes : d'où de réelles opportunités de développement. Comptant 17 personnes, Squadrone System a réalisé 1 M€ de chiffre d’affaires l’an dernier dont 70 % liés aux ventes de l’Hexo + et 30 % sur les drones professionnels. Pour 2017, nous prévoyons 1,2 M€ de CA principalement réalisé sur les marchés professionnels.

Propos recueillis par Laurent Marchandiau

Secteur en concentration ?​

À l’instar de l’industrie automobile, les experts du secteur des drones tendent à évoquer à l’avenir un regroupement des différents acteurs. Pour la plupart venant du monde de l’aéromodélisme et concevant des drones artisanalement, les composantes de cette industrie tend de plus en plus à se professionnaliser avec la montée en puissance de grands groupes tels qu’Amazon ou encore GoPro. Une tendance qui n’a pas échappé à Squadrone System. « Nous pensons réaliser des acquisitions stratégiques dans les années à venir. D’ici cinq ans, il n’est pas exclu que l’on se fasse racheter. À un moment donné, il va falloir que nous adossions à un grand groupe pour poursuivre notre développement », confie Antoine Level, président de Squadrone System.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide