Fermer la publicité

Socotra rallume un savoir-faire

Loire le 11 juin 2015 - Xavier ALIX - Immobilier et BTP - article lu 76 fois

Socotra rallume un savoir-faire
Socotra - La reproduction de cette seule cheminée sur le site a couté 40 000 EUR

Reproduire une cheminée en briques de la fin du XIXe siècle : un défi relevé par le constructeur ligérien Socotra sur son dernier contrat. 5 mois de travail pour faire renaître un savoir-faire disparu et l'adapter aux normes du XXIe siècle.

Comment élever en 2015 une cheminée traditionnelle en briques telle qu’il s’en construisait à la fin du XIXe siècle ? Socotra le sait.

Ce spécialiste de la construction d’usines ou de surfaces commerciales basé à Saint-Joseph dans le Gier (7 M€ de CA sur son dernier exercice, 68 salariés) a obtenu il y a 9 mois, avec pour intermédiaire l’entreprise saint-chamonaise APRC, 3 000 m2 à bâtir à Salon-de-Provence pour un fabricant traditionnel de savons de Marseille. Depuis 1828, cinq générations de la famille Rampal perpétuent cette tradition. Tradition qui se vend bien, avec de belles perspectives à l’export en Asie. Le savonnier a donc décidé de se doter d’un  site capable, potentiellement, de doubler sa production.

Un marché de 420 000 € - de taille dans le contexte actuel - qui incluait une demande particulière : recréer la cheminée traditionnelle de 12,5 m en briques du site originel qui ne pouvait pas être déplacée. Rampal souhaitait reproduire l’atout « touristique » de son ex usine. Impossible pour son identité, sa visibilité de s’en priver. Mais s’il subsiste encore quelques exemplaires de ce type de cheminées, très courantes dans la Loire il y a un siècle, « nous avons beau eu visiter des descendants de monteurs, plus personne ne sait faire depuis deux générations, raconte le président de Socotra François-Marie Larrouturou. Je me suis rendu à Boën où il existe une cheminée similaire. D’autres recherches ont été menées dans le Nord, où il existe un musée spécifique. Sans grands résultats... »

En faisant appel aux techniques traditionnelles de construction en briques, heureusement conservées par ses maçons et les Compagnons du Tour de France, Socotra a fini par élaborer plusieurs prototypes. Autant d’essais ayant permis d’aboutir à la  technique la plus judicieuse. Trois compagnons ont été affectés à la construction, du 17 mars au 22 avril : 2 800 briques découpées sur les deux faces pour obtenir la forme conique et posées une à une. Pose guidée par un gabarit en acier de 10 m de haut conçu par Gier industries (La Grand-Croix). Le tout adapté aux normes modernes de résistance aux séismes et vents via un tirant en acier à haute limite élastique, mis en tension en travaillant au centième de millimètre !

Xavier Alix



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide