Fermer la publicité

Social - Disparition de l’AFIJ : et après ?

Loire le 20 mars 2014 - Emilie Massard - Agglomération stéphanoise - article lu 811 fois

Social - Disparition de l’AFIJ : et après ?
Les locaux vacants de l'Afij ne devraient pas le rester longtemps (D.R.)

En décembre dernier, les services de proximité de l’Afij proposés aux jeunes en matière de recherche d’emploi ont disparu.

Faute de financement, l’Afij a en effet du fermer ses antennes partout en France. A Saint-Etienne, l’association était logée à la Maison de l’emploi, et accompagnait chaque jour de nombreux jeunes en recherche d’emploi, de niveau post-bac. Près d’un millier de jeunes étaient reçus chaque année par l’Afij dans notre département, dont 250 entraient dans une démarche d’accompagnement (50 000 jeunes accompagnés en France chaque année). Suite au départ de l’association, que sont devenus ces jeunes ? Ils sont suivis pour la plupart par les Missions locales jeunes de la ville, ou bien ont été redirigés vers Pôle emploi, pour les jeunes de plus de 26 ans, que l’Afij était la seule à accompagner spécifiquement.
Pour ce qui est du personnel, ce sont près de 80 salariés en France qui ont perdu leur emploi. A Saint-Etienne, l’Afij employait deux personnes, qui ont été licenciées et qui bénéficient d’un suivi par Anveol, un cabinet privé retenu par la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) pour assurer l’accompagnement des salariés pendant un an dans leurs recherches d’emploi. Les deux anciens salariés de l’association n’ont pour le moment pas retrouvé un autre emploi.
Quant aux locaux laissés vacants à la Maison de l’Emploi, ils ne devraient pas le rester très longtemps. Deux structures déjà présentes sur le site ont en effet exprimé leur souhait de pouvoir s’agrandir à la municipalité, qui gère les locaux. « Nous réfléchissons à une solution qui nous permettrait de satisfaire les besoins des deux structures », explique Michèle Rey, responsable du service économique de la Ville. « Peut-être en réorganisant le site pour rationnaliser les espaces, en privilégiant les petits mouvement qui nous permettraient de gagner de la place. » A noter qu’en-dehors de Pôle Emploi qui paye un loyer, toutes les structures présentes à la Maison de l’Emploi bénéficient de locaux mis à disposition gratuitement par la municipalité, dont elles ne payent que les charges.

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide