Fermer la publicité

Société - Seniorland : Montverdun fait dans l’Américain

Loire le 11 décembre 2014 - Louis Thubert - Actualités - article lu 952 fois

Société - Seniorland : Montverdun fait dans l’Américain
Pierre-Jean Rochette, derrière le sous-préfet, lors de la pose de la première pierre du Seniorland (© Louis Thubert)

Après plus de 2 ans d’études, les travaux ont pu commencer.

Michel Brun, maire de Montverdun, André Carava, sous-préfet de Montbrison, et les représentants de la famille Rochette ont posé le 3 décembre la première pierre du Seniorland, une résidence tout compris pour les personnes âgées, à Montverdun.
Sont ainsi prévus 10 pavillons, un petit amphithéâtre à ciel ouvert et enfin un poolhouse comprenant piscine chauffée, cuisine et station médicalisée. Le tout coûte 4,4 M€ et pourra accueillir près de 80 résidents. La famille Rochette a financé le Seniorland, apportant autant d'argent que les banques, selon Pierre-Jean Rochette, le fils, futur président du Seniorland. Qui dévoile que le « point mort » à partir duquel le projet est amorti est assez bas. Le prix d'un loyer est de 1 300 € pour une ou deux personnes, comprenant également les charges classique, mais aussi Internet, l'accès au bâtiment commun, seul la cuisine pouvant faire l'objet d'une prestation supplémentaire facturée. En lien avec l'Ehpad Le Matin Calme, construit en 1988 par les Rochette, l'idée est de faire émerger un pôle senior ; un bâtiment regroupant crèche et salle de sport est encore prévu. Le coût total serait alors de près de 6 M€.
Cela vous fait penser aux « quartiers sécurisés » américains ? Ce n'est pas étonnant. Pierre-Jean Rochette glisse avoir eu l'idée du concept après un voyage aux USA, mais il maintient vouloir « un espace ouvert, le premier du genre dans le pays. Ouvert, et surtout hautement technologique : le poolhouse du Seniorland comprendra une machine de fabrication française permettant aux habitants de connaître leur état de santé. La deuxième en France.
Ce projet a mis tout de même un certain temps à sortir de terre. Les normes écologiques ont ralenti l'obtention du permis de construire. En cause, des zones humides à proximité. Ces espaces naturels, légèrement marécageux, retiennent l'eau, limitant les sécheresses mais agissant comme des éponges en cas de fortes précipitations. Evitant ainsi un ruissellement important de la pluie sur un sol trop sec.
Aujourd'hui, ces ennuis ne sont plus d'actualités : Pierre-Jean Rochette s'est dit déterminé à dupliquer le concept s'il fonctionne. Suivant sa vision, et sa bonne étoile.

Louis Thubert



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide