Fermer la publicité

Société - Gaza : manifestations pacifiques dans la Loire

Loire le 24 juillet 2014 - Daniel Brignon - Actualités - article lu 214 fois

Société - Gaza : manifestations pacifiques dans la Loire
Les représentants israélites, musulmans et des différentes confessions chrétiennes : un appel commun à la tolérance (D.R.)

Une « citoyenne », « bouleversée » par les événements au Proche Orient a pris l’initiative d’un premier rassemblement à Saint-Etienne, relayée par les réseaux sociaux et très rapidement rejointe par de multiples associations et mouvements : l’Association France Palestine solidarité, le mouvement Femmes en noir, le PCF, le NPA, les Jeunes communistes de la Loire, le Parti de gauche sud Loire, le mouvement Ensemble.

La mobilisation a bien vite dépassé son auteur : pas loin de 3 000 manifestants se rejoignaient place de l’Hôtel-de-Ville le samedi 12 juillet. Pour mot d’ordre un message de solidarité au peuple palestinien et un rejet de la politique d’occupation d’Israël. « Le message n’est pas tourné contre le peuple israélien », précise tout de suite l’une des manifestantes. Même si, à la marge des slogans antisémites ont bien été entendus…

« Nous ne sommes pas antisémites »

Les mêmes sont revenus manifester le samedi 19 juillet avec un peu moins d’ampleur, moins de 2 000 personnes rassemblées place Hôtel-de-Ville, dans la dignité, voire le recueillement, appuyant sur le message : « nous ne sommes pas antisémites, mais disons notre dégoût face aux massacres ». Un prochain rassemblement en cours d’organisation serait proposé ce samedi 26 juillet.
L’écueil d’« importer » le conflit en France et dans la Loire a été évité, suivant l’appel des responsables religieux du département réunis pour une déclaration commune. « En ces heures dramatiques, déclarent les six signataires, représentants des religions monothéistes, nous voulons affirmer notre volonté de paix pour tous les peuples dans cette région du monde qui nous est si chère. Nous condamnons toute tentative d’importer dans la Loire les divisions politiques étrangères à notre vivre ensemble. Nous refusons l’amalgame entre des positions de responsables politiques et l’appartenance à une confession religieuse… Le respect de la différence, en particulier de la religion de l’autre, est fondamental. Notre raison et notre volonté de paix doivent l’emporter sur toute idée de vengeance. Nous en avons l’espérance », achèvent les responsables religieux, invitant « chacun à mesurer la portée de ses actes et de ses paroles ».

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide