Fermer la publicité

Site Veolia de Cessieu, où en est on ?

Isère le 13 mai 2015 - Arnaud DE JUBECOURT - Nord-Isère - article lu 655 fois

Site Veolia de Cessieu, où en est on ?

Mis en service en 2010, le site Veolia de Cessieu a fait parler de lui pendant la récente campagne électorale. Plusieurs élus (Maires des communes alentours, dont certains sont aussi avocats) ont affirmé vouloir « mettre la pression » sur Veolia, en particulier en nommant un expert qui sera chargé de vérifier quels déchets sont entreposés. L'avenir dira s'il s'agit ou non de simples propos de campagne. C'est en tout cas l'occasion de faire le point sur cet équipement bien connu des riverains, mais aussi de nombreuses personnes qui empruntent l'autoroute ou le train à proximité de la Tour du Pin, et ne peuvent rater cet équipement imposant.

Rappelons que l’autorisation consentie par la préfecture a une durée de 23 ans. Elle se termine en 2031. On peut donc considérer que la décharge est à 20 à 30% de sa vie. A l’expiration de cette autorisation il n’y aura plus d’apport de déchets possibles. Cela suppose cependant que « l’ouvrage » soit achevé à cette date, c’est-à-dire exécuté conformément au dossier d’autorisation qui prévoit des volumes précis et une mise en forme définie ; une période post exploitation suivra, de 30 ans minimum, incluant un suivi environnemental du site. La vigilance est donc de mise, tant chez Veolia que du côté des collectivités. On peut aussi imaginer que l’ouvrage se termine un peu avant cette date si les tonnages maxis autorisés sont atteints plus tôt. Rien ne permet de le savoir pour l’instant. Mais l’allure actuelle de l’espace de stockage est loin d’avoir les dimensions qu’il aura à terme, et la hauteur totale sera bien supérieure à ce qu’elle est aujourd’hui, y compris sur les alvéoles déjà refermées qui accueilleront un nouvel empilement de déchets d’ici quelques années. Il ne semble pas qu’une extension en surface ou en durée soit actuellement envisagée.

Rappelons aussi que le site est une plateforme d’accueil de DIB : un DIB est un déchet industriel banal. En l’espèce, banal signifie non dangereux : ni radioactif, ni toxique, ni explosif, ni « spécial » au sens des déchets accueillis dans des sites spécialisés. En principe, les DIB sont plutôt composés de « déchets ultimes », c’est-à-dire non valorisables par ailleurs : par exemple des matelas qui ne sont ni valorisables ni incinérables. Mais dans certains DIB on peut trouver une composition proche de ce qu’on trouve dans les poubelles des ménages : la différence dans ce cas résulte uniquement de leur provenance : il viennent des entreprises et non des particuliers. Il est fréquemment reproché au site de Cessieu cette composition « putrescible et fermentiscible » des déchets. Le directeur du site, M Philippe Catinot, se justifie : « rien n’interdit fondamentalement à la plateforme Véolia  d’enfouir des DIB  putrescibles : elle en a le  droit par son arrêté préfectoral, et peut choisir l’enfouissement à Cessieu plutôt que de l’incinération à Bourgoin Jallieu » (Veolia exploite en effet aussi l’usine d’incinération située à Bourgoin). Toutefois, nous avons pris l’engagement lors d’une CCS* de décembre 2014.de ne plus les enfouir à Cessieu. Mais il s’agit bien là d’un effort de la part de Veolia vis à vis des riverains, car les contraintes économiques ne sont pas toujours en faveur de ce principe".(voir autre article par ailleurs)

 

* commission de suivi du site (ex CLIS) mise en place par le préfet sur ce type de site classé. Elle est composée de représentants de l'Etat, des collectivités territoriales, des riverains, des exploitants et des salariés. Objectifs : constituer un cadre d'échange, suivre l'activité et promouvoir l'information du public.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide