Fermer la publicité

Services publics : Météo France Loire délocalisé à Lyon

Loire le 08 novembre 2014 - Xavier Alix - Actualités - article lu 1029 fois

Services publics : Météo France Loire délocalisé à Lyon
Météo France qui part de Bouthéon : le service public ligérien encore une fois déshabillé au profit de l'agglomération lyonnaise... (D.R.)

L'Essor Affiches annonçait il y a un an la possible suppression en 2016 du centre météo de la Loire dans la cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP). Son transfert à Lyon vient d'être officialisé.

La procédure est achevée. Une autre est déjà entamée. Où et comment reclasser 6 salariés sur 7 (un sera bientôt à la retraite) du centre Météo France d’Andrézieux-Bouthéon ? L’arrêté de fermeture - décidée il y a un an -  est lui paru au Journal officiel le 15 septembre dernier, signé par la ministre de tutelle Ségolène Royal.
Le credo du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux liquide plus de la moitié (55) des centres météo. La grande purge devant s’achever en 2016. La Loire fermera ainsi ses cette année là, à l’été en se fiant aux cas précédents. Saisie dans le cadre de la procédure, la préfète de la Loire, après écoute des employés et collectivités, devait donner un avis négatif ou positif. Selon nos informations, elle ne se serait pas opposée à la fermeture. Les avis préfectoraux négatifs n’ont cependant jamais été suivis précédemment…
Désormais, « nous travaillons pour savoir quels postes pourraient récupérer les employés au sein de Météo France Centre-Est, explique son directeur Dominique Landais à la tête de 80 équivalents temps plein à Bron. Nous explorons aussi la faisabilité du télétravail, pourquoi pas dans la Loire ? Faut-il encore que les propositions conviennent aux intéressés avec qui nous avons des entretiens. On essaie enfin d’étudier une affectation dans d’autres services d’Etat. Je rencontre la préfecture à ce sujet en novembre.» Problème : eux aussi subissent la RGPP1...
Et au-delà de vies « dézinguées », cette fermeture « brutale » est jugée injustifiée par l’intersyndicale CGT-FO-Solidarité : « pour une économie très relative (selon la CGT, Météo France coûte 3,57 €/habitant, son équivalent suisse 5,71 € ; celui allemand, 3,46 €. Par km2, 371 € contre 789 € en Allemagne, Ndlr), on perd des gens dépensant dans la Loire, une expertise que la technologie ne remplacera pas. Les collectivités, les usagers, les clients privés, le BTP notamment, subiront une dégradation irrémédiable de service. A cause de la distance, de la méconnaissance, d’une absence d’observation de terrain. Bron devra gérer le Rhône mais aussi la Loire et l’Ain en perdant leurs effectifs. Sans compter qu’instinctivement, la Loire risque de subir un “lyonnisme“ » : des employés moins concernés car n’habitant pas sur place.» Sur ces arguments, D. Landais rétorque que « tout contrat commercial engage un diagnostic précis qui sera maintenu, que chaque technicien du centre est un pro aguerri qui sera formé aux spécificités du territoire ligérien avec soins. Globalement, la démarche tient compte des progrès technologiques. La qualité de service - commercial et sécurité (déjà gérée à Lyon la nuit) - sera maintenue. »

Xavier Alix

1 Révision générale des politiques publiques



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide