Fermer la publicité

Seniors : maintien à domicile prioritaire

Loire le 18 septembre 2015 - Louis Pralus - Actualités - article lu 19 fois

Seniors : maintien à domicile prioritaire
Louis Pralus - Le Pr Gonthier, le Dr Bonne, le Dr Roche avec les élus

Lors d'un colloque à Roanne le Pr Gonthier et le Dr Bonne, président du conseil départemental, ont dit leur volonté d'offrir aux seniors la possibilité de bien vieillir chez soi.

Le Dr Bernard Bonne, et président du conseil départemental de la Loire, s'est engagé : « Nous ferons reculer la perte d'autonomie autant qu'on le pourra. » Il préconise la prévention tous azimuts. Son souci du maintien à domicile  est concrétisé par des chiffres. « Nous consacrons plus de 200 M€ en faveur de l'accompagnement à domicile et de l'hôpital de jour. Plus de 22 000 Ligériens ont l'allocation à la perte d'autonomie. » Il a pointé du doigt que le financement de la dépendance dans les années 2020 sera le problème numéro 1.

Le professeur Gonthier, responsable de l'unité de gérontologie  au CHU de Saint-Etienne, a défini des repères pour déceler  la perte d'autonomie et la dérive vers la dépendance. « La fragilité peut être repérée avant la perte d'autonomie. C'est un ensemble de petites choses : baisse de la vision, de la marche, de l'ouïe... Tout cela peut engendrer le stress et glisser vers la perte d'autonomie. Il faut repérer quand une personne âgée maigrit, a de la tension, a peur de tomber, se replie sur soi, manque d'entrain, manque d'appétit. Il faut maîtriser le tabac, l'alcool, la malnutrition ; il faut faire 3 heures par semaine d'exercices. »

La prévention, le repérage de la déficience sont rendus difficiles avec la rareté des médecins dans les campagnes et en ville. Le Dr Roche a montré en exemple la réaction du Dr Muzelle à Saint-Symphorien-de-Lay qui a mis au point une coordination entre professionnels de santé au sein d'une maison de santé. « Je plaide pour ces pôles de santé, il faut arriver à une collaboration et non à un cloisonnement » a-t-il insisté.
Il y a une volonté justement d'aller dans ce sens. Le délégué départemental de l'Agence régionale de santé a annoncé qu'était lancé sur le Roannais un « appel à santé » afin de créer un centre de santé où les médecins seraient salariés. De cette façon; on pourrait peut-être faire venir à Roanne les médecins qui manquent tant. Ceci à côté des maisons de santé qui restent prioritaires mais ne suffisent pas !

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide