Fermer la publicité

Sécurité civile : on l'appelle Dragon 38

Isère le 07 mai 2015 - Jacques SAVOYE - Vie locale - article lu 1497 fois

Sécurité civile : on l'appelle Dragon 38
J.S - L'hélicoptère de la Sécurité civile: c'est Dragon 38.

A l'aérodrome du Versoud, près de Grenoble, la base de la Sécurité civile a célébré les 10 000 heures de vol de l'hélicoptère EC 145 et les 9 500 sauvetages que ses équipages ont effectués.

Sa livrée rouge et jaune, pour ne pas dire sang et or, est connue de tous. « Mais il arbore aussi la cocarde nationale » montre Renaud Guillermet, chef de la base Sécurité civile de l’Isère. Devant lui, sur le tarmac de l’aérodrome du Versoud, trône l’hélicoptère EC 145. On l’appelle Dragon 38. Pour les aiguilleurs du ciel, c’est Zoulou Bravo Papa Golf, l’un des deux aéronefs qui équipent depuis 10 ans la Sécurité civile. Car c’est le 24 mars 2005 que cet appareil biturbine, sorti des ateliers Eurocopter à Marignane, était livré à la base iséroise où il allait succéder à la bonne vieille Alouette 3. Le 11 juin 2005, ses équipages étant formés, Dragon 38 effectuait son premier sauvetage.

Il en annonçait 9 499 autres dont 800 treuillages de nuit. Des évacuations sanitaires en montagne ou sur route vers les centres hospitaliers du département. Un total de 10 000 heures de vol que se partagent 5 pilotes et 5 mécaniciens mais aussi les médecins et les infirmiers des Samu de l’Isère, de la Drôme et de la Haute-Savoie,  les gendarmes du PGHM, les secouristes de la CRS des Alpes ou les pompiers du Grimp 38.
Il y a quelques jours,  le préfet de l’Isère Jean-Paul Bonnetain a présidé la cérémonie organisée en hommage à ces équipages « qui, signant des exploits loin des projecteurs, prennent des risques pour sauver la vie des autres ». Les risques : Dominique Richard les a assumés plus que d’autres. Mort en service commandé l’année dernière, il est du nombre des 26 pilotes de la Sécurité civile qui, en France, ont payé de leur vie le prix de leur dévouement. Ses enfants, Colline et Williams, ont reçu le témoignage de reconnaissance qui lui est dû. Pour sa part, le mécanicien Breuil s’est vu remettre la médaille d’honneur de la Fédération française de la montagne par Francis Mignot, son président.

C’est le préfet de l’Isère qui décorait les pilotes Berjat (988 missions) et Trivière (458 missions) non sans mettre en relief  « la solidarité et la performance collective des équipages ainsi que  leurs compétences sans égales ». Le docteur François-Xavier Koch, pour avoir pris part à 632 missions, était lui aussi distingué.
Le Groupement d’hélicoptère de la Sécurité civile de Grenoble a derrière lui une longue histoire. En effet, créé le 15 juillet 1957, il était le premier du genre en France. Il était alors basé sur l’aérodrome d’Eybens, dans la banlieue grenobloise, jusqu’à ce que celui-ci, gagné par l’urbanisation, ne soit fermé à la circulation aérienne. En 1967, il s’installait au Versoud, dans la vallée du Grésivaudan. Au fil des ans, il fut doté de plusieurs modèles d’hélicoptères dont le célèbre Alouette 3 qu’il mit en œuvre jusqu’au mois d’août 2009. Appareil biturbine, son successeur l’EC 145 (de fabrication française) est opérationnel depuis le 11 juin 2005. Après 10 ans de bons et loyaux services (et 10 000 heures de vol), Dragon 38 est plus que jamais fidèle au poste. Et si, de Noël jusqu’à Pâques, il  stationne à l’Alpe d’Huez, c’est pour répondre encore plus vite aux secours dont il est le zélé serviteur.
                                                                     Jacques Savoye



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide