Fermer la publicité

Schneider Electric : « un premier trimestre en ligne avec nos attentes »

Isère le 26 mai 2015 - Laurent Marchandiau - Industrie - article lu 242 fois

Schneider Electric : « un premier trimestre en ligne avec nos attentes »
Schneider Electric - Jean-Pascale Tricoire, PDG de Schneider Electric.

Le numéro un des équipements électriques basse et moyenne tension, Schneider Electric, confirme ses objectifs annuels après un premier trimestre conforme aux attentes du groupe, en progression de 7,8 % à 6 Md€.

Avec un chiffre d’affaires avoisinant les 6 Md€ au premier trimestre 2015 en hausse de 7,8 %, l’équipementier Schneider Electric confirme ses objectifs annuels. « La performance du premier trimestre est, dans l’ensemble, en ligne avec nos attentes. Nous allons continuer à nous concentrer sur la réalisation de notre nouveau programme d’entreprise, « Schneider is On », pour générer croissance, efficacité et cash », affirme Jean-Pascal Tricoire, Pdg de Schneider Electric.

Ces bons résultats s’expliquent par un impact positif de 9,5 % (soit 536 M€) lié aux effets de change en particulier la hausse du dollar et du yuan face à l’euro. Le groupe réalise 72 % de son chiffre d’affaires en dehors de l’Europe de l’Ouest où les changes avaient considérablement pesé sur l’exercice 2014 de l’équipementier. Actuellement, la situation favorable de ces effets de change est estimée à 2 Md€ sur le chiffre d’affaires contre 1,5 Md€ précédemment.

« La performance du premier trimestre est globalement en ligne avec les attentes, avec une stabilisation en Europe de l’Ouest, un marché de la construction favorable en Amérique du Nord et la faiblesse de la Chine. Malgré un premier trimestre impacté par le changement de la date de clôture de son exercice fiscal, Invensys devrait contribuer à la performance du groupe sur l’année », souligne le groupe dans un communiqué.

Dans ce contexte, Schneider Electric vise pour 2015, comme attendu, une croissance organique modérée à un chiffre pour son chiffre d’affaires annuel ainsi qu’une marge d’EBITA ajusté comprise entre 14 % et 14,5 % en escomptant qu’il n’y ait pas d’effet devise défavorable.

Laurent Marchandiau



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide