Fermer la publicité

Schneider Electric revoit ses objectifs 2015 à la baisse

Isère le 05 août 2015 - Laurent Marchandiau - Industrie - article lu 69 fois

Schneider Electric revoit ses objectifs 2015 à la baisse
AEPI-PHOTEC - Au premier semestre, le résultat net de Schneider est en recul de 12 %.

Après un 1er semestre particulièrement difficile notamment sur le marché chinois et dans le secteur pétrolier, Schneider Electric, à l'occasion de la publication de ses résultats semestriels, abaisse ses objectifs pour 2015.

Avec un résultat net en recul de 12 % au premier semestre, l’équipementier électrique, Schneider Electric a revu fin juillet ses ambitions à la baisse. « Au premier semestre, nous nous sommes concentrés sur le déploiement de notre stratégie avec “Schneider is On“ dans un environnement de marché plus difficile que prévu, notamment en Chine et dans le secteur pétrolier », indique Jean-Pascal Tricoire, son Pdg. Et de poursuivre : « ce contexte et une base de comparaison élevée chez Invensys ont particulièrement impacté l’activité Industry, pénalisant ainsi la performance du Groupe. »

Jusqu’à présent, le leader mondial des équipements basses et moyennes tensions s’attendait à une croissance organique modérée à un chiffre ainsi qu’à une marge opérationnelle courante (Ebita ajustée) de 14 % à 14,5 % en « faisant l'hypothèse qu'il n'y ait aucun effet devise défavorable sur le taux de marge. » Ce ne fut pas le cas. Le chiffre d’affaires du groupe ressort, au premier semestre, à 12,8 Md€ en progression de 9,8 % par rapport au premier semestre 2014 (11,7 Md€) tandis que la croissance organique est quasi stable : - 0,9 %. Néanmoins, le résultat net du groupe enregistre une baisse significative de 12 % avec 719 M€ contre 821 M€ par rapport à 2014 sur la même période. Le résultat opérationnel courant (Ebita) ajusté s’inscrit en hausse de 6,4 % à 1,6 Md€. La dette nette du groupe s’élève à 6,47 Md€ à fin juin contre 5,02 Md€ à fin décembre 2014. Une hausse de l’endettement s’expliquant essentiellement par le paiement du dividendes et l’évolution des taux de change.

Selon un communiqué de Schneider, l’équipementier prévoit au 2e semestre à « une croissance continue sur le marché de la construction aux États-Unis, à une poursuite de la reprise en Europe de l’Ouest, à une faiblesse persistante en Chine et sur les investissements liés au secteur du pétrole & gaz. » Face à ce contexte, Schneider vise désormais pour cette année une croissance organique stable du chiffre d’affaires et une « hausse significative de l’Ebita ajusté sur la base des taux de change actuels, avec une marge d’Ebita ajusté stable ou en baisse modérée par rapport à 2014. »

Laurent Marchandiau



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide