Fermer la publicité

Une loi contre l'ambroisie

Isère le 06 juillet 2014 - La Rédaction - Sciences, Santé, Environnement - article lu 989 fois

Une loi contre l'ambroisie
Alain Moyne-Bressand, député-maire de Crémieu, a présenté son projet de loi lors d'un colloque à la Capi (D.R.)

C'est une plante envahissante que l'on charge, à raison, de tous les maux.

Son pollen, fortement allergisant, est à l’origine d’asthme, de conjonctives, de rhinites mais aussi d’eczéma et d’urticaire. Son nom : l’ambroisie ! Pour faire face, une Journée de l’ambroisie a été fixée au premier samedi de l’été. Ici et là, les pouvoirs publics multiplient les actions d’information ainsi que la lutte contre la prolifération de cette plante venue d’Amérique du Nord, que la multiplication des grands chantiers réveille et propulse au premier plan de l’été. En Rhône-Alpes, l’Agence régionale de santé a dressé un plan de lutte afin de sensibiliser les acteurs sur le terrain. Outre le grand public, le monde agricole, les jardiniers amateurs et les collectivités locales sont concernés au premier chef par cette lutte.
Pour sa part, c’est un projet de loi qu’a conçu Alain Moyne-Bressand, député-maire de Crémieu. Un texte visant « à lutter contre l’ambroisie à feuilles d’armoise, l’ambroisie trifide et l’ambroisie à épis lisses ». Ce projet de loi, présenté à l’Assemblée nationale le 5 décembre dernier, n’a pas été adopté. « Mon texte, ne visant que l’ambroisie, était trop restrictif. Il sera donc élargi à d’autres plantes invasives comme la renouée du Japon et le datura. Il sera  représenté à la session d’automne » précise le député isérois. Récemment, c’est lors d’un colloque organisé à la Communauté d’agglomération Porte-de-l’Isère que le parlementaire a présenté et soutenu ce projet de loi dont le but est de préciser dans quelles conditions la lutte doit être engagée contre toutes les plantes invasives qui surgissent ici et là, en particulier sur tout le territoire de la région Rhône-Alpes et dans le haut bassin de la Loire où elle a envahi plaines et collines de basses altitudes.

J.S.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide