Fermer la publicité

Une année difficile pour la Mutualité

Loire le 26 juin 2014 - Daniel BRIGNON - Sciences, Santé, Environnement - article lu 487 fois

Une année difficile pour la Mutualité
Le président Pascal Haury ouvre l'assemblée générale (D.R.)

On s'attendait à des difficultés économiques à la clinique mutualiste avec le départ fin 2012 de quatre chirurgiens orthopédistes qui, a eux seuls, engendraient un chiffre d'affaires de 8,5 M€, qui du coup en grande partie manquant en 2013 malgré le recrutement progressif de nouveaux chirurgiens.

Cette difficulté a été aggravée par une baisse de la dotation dont bénéficie la clinique au titre de sa mission d’intérêt général, un retrait de 700 000 € en 2013, et par une baisse des tarifs qui réduit la rémunération des actes de 500 000 €. La conjonction de ces pertes amène sur le budget général de la Mutualité un déficit de 1,8 M€ (pour un chiffre d’affaires global de 114 M€).
La Mutualité a dû consentir à un plan de retour à l’équilibre qui passe dans l’immédiat par « une optimisation de l’organisation ». En retour, la Mutualité a reçu de l’Agence régionale de santé une aide exceptionnelle à l’investissement de 1,5 M€, venant abonder des fonds propres impactés par le déficit. Ce qui lui permet de maintenir ses investissements à hauteur de 2,3 M€ en 2013 et de poursuivre sa croissance externe avec un nouvel Ehpad en gestion, la résidence Valbenoîte à Saint-Etienne et quatre établissements en Haute-Loire. Il faut y ajouter à compter du 1er janvier 2014 la gestion de la pharmacie mutualiste de Charlieu, de la résidence La Cerisaie et du Centre médical des 7 collines à Saint-Etienne.
Pour conforter l’activité de la clinique, la Mutualité a trouvé une opportunité d’agrandissement sur un tènement voisin où sera édifié par un investisseur privé un bâtiment dédié aux consultations, ce qui libérera des espaces à la clinique pour développer la chirurgie ambulatoire.
Les difficultés financières de la Mutualité pèsent aussi sur le personnel qui, à l’occasion de l’assemblée générale, s’est mobilisé. Une soixantaine de personnes, des personnels en repos de la Mutualité (qui compte un effectif de 1 150 équivalents temps plein) se sont rassemblés devant l’Atrium pour porter aux administrateurs, une pétition de l’intersyndicale paraphée de 500 signatures demandant l’arrêt « des pressions » sur le personnel et du blocage des salaires. Une première action, précise l’intersyndicale.

D.B.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide