Fermer la publicité

« Un consensus se dégage pour la pérennité de l'Institut de cancérologie »

Loire le 23 janvier 2014 - Mathieu Ozanam - Sciences, Santé, Environnement - article lu 1045 fois

« Un consensus se dégage pour la pérennité de l'Institut de cancérologie »
Dr Jean-Philippe Jacquin (D.R.)

L'ARS se montrait inquiète du point de vue de la situation financière de l'ICL, avez-vous des informations nouvelles ? Tout d'abord je souhaite préciser que je parle avec l'aval de Solange Berlier qui est présidente du conseil de surveillance de l'ICL.

L’ARS se montrait inquiète du point de vue de la situation financière de l’ICL, avez-vous des informations nouvelles ?

Tout d’abord je souhaite préciser que je parle avec l’aval de Solange Berlier qui est présidente du conseil de surveillance de l’ICL. Avant la réunion nous avions demandé à notre directeur financier de regarder les chiffres au préalable par l’ARS sur notre situation financière. Ils nous paraissaient délicats, pour ne pas dire catastrophiques. Or nous nous sommes aperçus qu’il nous restait 2,5 M€ de reste à recouvrer pour des prestations de chimiothérapies réalisées pour des établissements, dont 1,35 M€ du CHU depuis le mois d’avril 2013. Ils avaient décidé arbitrairement de ne pas nous payer. L’autre bonne nouvelle, c’est qu’en 2014 Dexia va maintenir son taux de 6 % sur l’emprunt que nous avons chez eux au lieu des 11 % auquel nous aurions pu être soumis. Alors certes notre situation financière est délicate, mais pas aussi tendue que l’ARS le disait.

Comment se sont déroulés les débats lors du conseil de surveillance ?

Au vue de ces éléments, ses membres ont commencé à avoir une certaine perplexité. Leur perception des choses a un peu évolué. Le tour de table a fait apparaître certaines questions et inquiétudes : le risque que le passage sous l’autorité du CHU ne fasse exploser la coopération qui existe entre établissements publics, privés et mutualistes, en quoi la reprise par le CHU pouvait améliorer la prise en charge des malades du cancer, quelle logique cela avait-il d’adosser l’ICL à un CHU lui-même en déficit. Une motion votée à l’unanimité a conforté la volonté de voir assurée la pérennité de l’ICL.

`Propos recueillis par Mathieu Ozanam



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide