Fermer la publicité

Mastectomie : vivre avec une prothèse mammaire externe

Loire le 10 avril 2014 - La Rédaction - Sciences, Santé, Environnement - article lu 603 fois

Mastectomie : vivre avec une prothèse mammaire externe
Les prothèses externes, une alternative à la reconstruction du sein pour un effet invisible (© Amoena)

Sujet lontemps tabou : la mastectomie.

Une intervention qui inquiète le grand public et angoisse les milliers de femmes qui doivent la subir. Depuis 17 ans, la Mutualité française de la Loire a fait le choix d’accompagner ces personnes opérées en leur proposant notamment des réunions d’informations sur les solutions de prothèses mammaires externes. « L’idée c’est de dédramatiser l’opération en faisant témoigner des femmes qui ont subi une mastectomie et en leur faisant découvrir toutes les possibilités qui s’offrent aux patientes », résume Annie Monaco, de la Mutualité française Loire.
Lors de cette journée d’information, les participantes ont donc pu découvrir les prothèses mammaires externes en silicone et la lingerie adaptée (soutien gorge et maillot de bain) que commercialise Amonea, leader sur ce marché. Différents types de prothèses existent : les non adhérentes, pour les premiers mois après l’opération, et les adhérentes, qui « collent » directement à la peau et se « décollent » aussi facilement.
Marie-Yvonne, collaboratrice d’Amonea qui a subi il y a 14 ans une mastectomie, partage son expérience : « j’ai appris à vivre avec ma prothèse. Aujourd’hui elle fait partie de mon corps et j’ai trouvé un véritable équilibre dans ma vie de femme. » Un équilibre qui lui a fait définitivement renoncer à la reconstruction mammaire. Conserver sa féminité tout en ayant subi une mastectomie, est l’un des principaux souhaits des femmes opérées. « Avoir une jolie lingerie nous permet de renvoyer une image positive de nous-mêmes », confie Marie-Yvonne.
Le remboursement d’une prothèse mammaire par la Sécurité sociale s’élève à 69,75 € sauf pour la prothèse Amoena Contact qui bénéficie d’un remboursement de 160 € (prix de vente) car elle fait l’objet d’études cliniques pour l’amélioration de la qualité de vie des femmes opérées.

M.G.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide