Fermer la publicité

L'Institut de cancérologie de la Loire s'impatiente

Loire le 12 juin 2014 - Mathieu Ozanam - Sciences, Santé, Environnement - article lu 1718 fois

L'Institut de cancérologie de la Loire s'impatiente
Dr Jean-Philippe Jacquin : « Les personnels sont très inquiets » (© M.O.)

Depuis le 1er janvier votre établissement est passé sous l'autorité par intérim du directeur du CHU, mais le directeur de l'ARS qui avait pris cette décision a lui-même été relevé de ses fonctions par ses autorités de tutelle.

Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Nous avons adressé le 1er avril un courrier à la nouvelle directrice de l’ARS. Nous comprenons qu’elle ait besoin de temps pour prendre connaissance de ses dossiers, nous comprenons qu’il y ait des situations plus urgentes telle que celle de l’hôpital de Roanne, du Centre Léon-Bérard ou du CHU de Saint-Etienne, mais elle pourrait tout de même répondre à notre courrier.

Vous êtes toujours soutenus par les élus ?

Nous avons rencontré le nouveau maire stéphanois, Gaël Perdriau qui, en sa qualité d’ancien administrateur de l’ICL pendant le mandat de Michel Thiollière, connaît bien le dossier. Il a sollicité un rendez-vous avec la directrice en tant que président du conseil de surveillance du CHU. Il m’a proposé de l’accompagner. Nous avons aussi rencontré le député Régis Juanico et le président du conseil général Bernard Bonne.

Comment se passent les relations avec votre directeur par intérim ?

Nous l’avons reçu comme il convenait, mais je ne vous cache pas que les relations se sont tendues. Nous avons décidé d’arrêter de participer aux instances facultatives. Cela ne nous convient pas que le directeur du CHU soit le directeur par intérim. Cette direction commune c’est pour nous comme un prélude pour envisager une fusion. Nous n’en voulons pas et c’est pour cette raison que nous avons fait une journée d’action la semaine dernière avec une centaine de médecins, de membres du corps médical, mais aussi de salariés et de représentants de la CGT.

Qu’a révélé l’audit financier qui a été commandé ?

Selon les résultats de cet audit, l’établissement est parfaitement viable. Rien ne justifiait la décision prise par l’ARS. Il est surtout important que ce que nous défendons c’est l’indépendance de l’établissement pour pouvoir continuer à investir dans des équipements pour assurer la meilleure qualité des soins que nous devons à nos patients.

Propos recueillis par Mathieu Ozanam



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide