Fermer la publicité

3 500 m2 d'activités médicales à Saint-Etienne

Loire le 03 juillet 2014 - Marine Graille - Sciences, Santé, Environnement - article lu 914 fois

Le concept est anglo-saxon.

Des professionnels du secteur médical et paramédical se regroupant dans des bâtiments mutualisés. D’ici fin 2015, ce type de projet arrivera avec la collaboration de l’Epase, dans le quartier de Châteaucreux à Saint-Etienne sous le nom de « Medic center ». Concept qu’une société lyonnaise éponyme a mis plusieurs années pour transposer aux caractéristiques des praticiens français. Le premier a vu le jour à Châlon-sur-Saône (71) il y a un an et demi. Selon les deux co-gérants, Denis Pouzol et Jean-Claude Parunakian, ce bâtiment « prototype » aurait enregistré en un an 100 000 patients. « Nous tablons sur la même volumétrie pour le projet stéphanois », annonce D. Pouzol.
Le bâtiment de 3 500 m2, qui s’élèvera sur 4 étages, devrait réunir entre 30 et 40 pratiques médicales différentes (généralistes, podologues, kinésithérapeutes...) et au rez-de-chaussée des commerces liés à la santé. La mutualisation sera au cœur du futur immeuble, construit par Bouygues. De nombreux services seront proposés : dépose minute, parkings privatifs en sous sol, espace d’accueil commun ou encore espace « multi-sensoriel » mis à disposition gratuitement.

Les praticiens restent indépendants

Pour séduire les praticiens, Medic center mise sur une forme de « libéralisme ». « Chaque professionnel aura le choix d’acheter un cabinet de 35 à 50 m2 au sein du site (environ 1 900 € le m2, Ndlr) ou de le louer », assure J.-C. Parunakian. Et d’ajouter : « ces praticiens seront totalement libéraux et n’auront aucun compte à rendre à Medic center ». Les deux co-gérants se défendent par ailleurs de faire de la concurrence aux hôpitaux ou de participer à la désertification des médecins en centre-ville. « L’objectif est d’apporter un service complémentaire. D’ailleurs, la Ville de Saint-Etienne souhaite conserver ses équilibres médicaux, souhait que nous nous efforcerons de respecter. »
La société a d’ores et déjà débuté sa phase de commercialisation et rencontrera près de 1 000 praticiens de Saint-Etienne et son agglomération. D. Pouzol et J.-C. Parunakian comptent donner la priorité aux professionnels locaux.  Medic center devrait voir le jour dans 6 autres villes dont Grenoble et Annecy et des projets en cours pour transposer le concept à l’étranger.

Marine Graille



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide