Fermer la publicité

Saison culturelle - La saison 2014-2015 des Pénitents est dévoilée

Loire le 07 août 2014 - Louis Thubert - Culture - article lu 507 fois

Saison culturelle - La saison 2014-2015 des Pénitents est dévoilée
La Fleur au Fusil, un spectacle écrit par Alain Guyard d'après des faits réels, joué et mis en scène par François Bourcier, le 11 novembre aux Pénitents (© Dominique Camard)

Dominique Camard, directeur du théâtre des Pénitents depuis 19 ans, a du mal à cacher son enthousiasme lorsqu'il évoque la saison à venir.

« L'interprétation est formidable ! » s'enflamme-t-il à propos du spectacle La Fleur au Fusil, qui parle de la Grande Guerre. Labellisée « Mission du centenaire 14-18 », la pièce de théâtre est l'un des moments forts de la saison 2014-2015. Programmée, ce qui n'est sans doute pas un hasard, pour le 11 novembre, La Fleur au Fusil est une preuve, pour Dominique Camard et Françoise Grossman, adjointe à la culture, de la qualité des Pénitents.
Bien implantée sur le territoire - la salle est membre du réseau Jazz Rhône-Alpes et en contact étroit avec la Sacem - elle programme principalement des concerts de jazz et de chanson française et francophone, mais aussi du théâtre et du cirque. Les acrobates australiens de Casus et leur spectacle Knee Deep représentent cette tendance. Ils font 30 dates en Rhône-Alpes, avant de repartir en Australie : sans le soutien de la région et la synergie de plusieurs salles rhônalpines, il aurait été impossible, selon Dominique Camard, de les faire venir en France.

L'un des derniers tremplins

Mais le gros morceau de cette saison, c'est véritablement la chanson. Des têtes d'affiches confirmées, comme Thomas Fersen le 28 janvier, Anaïs Croze ou le désormais célèbre Renan Luce le 10 février, viendront remplir les Pénitents à guichets fermés. Des pousses plus ou moins jeunes comme Liz Cherhal (sœur de Jeanne Cherhal) le 10 et La Demoiselle Inconnue le 30 janvier viennent assurer la « relève ». Des artistes étrangers comme les Québecoises de Hay Babies se produiront également à Montbrison.
Dans le cadre du festival des Poly'sons, qui se déroule dans plusieurs salles de Rhône-Alpes, le Tremplin des Poly'sons sera l'occasion pour 4 groupes de musiques actuelles (chanson, rock, rap, électro...) de se produire dans des conditions professionnelles.
« C'est l'un des derniers tremplins à exister, ces concours qui permettent aux jeunes groupes de se lancer, souligne Dominique Camard. Le festival Paroles et Musiques, à Saint-Etienne, en avait un, mais il a été supprimé. La nature ayant horreur du vide », l'ancien couvent montbrisonnais, reconverti en théâtre, joue désormais ce rôle de « projecteur » pour de jeunes talents. Et assoit un peu plus son importance dans le milieu culturel ligérien.

Louis Thubert



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide