Fermer la publicité

Sainte-Eugénie se redresse

Loire le 02 novembre 2015 - Louis Thubert - Forez - article lu 405 fois

Sainte-Eugénie se redresse
Louis Thubert - La restauration de la chapelle et des bâtiments attenants coûterait 603 800 EUR, dont 533 000 EUR de subventions.

La chapelle Sainte-Eugénie, bâtiment patrimonial en piteux état, va être rénové. Les travaux ont commencés le 28 octobre et devraient s'achever dans un an environ. Pour ce chantier, la ville de Montbrison-Moingt a sollicité avec succès de nombreuses subventions.

Pour beaucoup de Montbrisonnais, c'est une page qui se tourne, et un élément du patrimoine communal qui reprend vie. Depuis le 28 octobre, des ouvriers restaurent la chapelle Sainte-Eugénie, située avenue Thermale, entre Montbrison et Moingt.

Le vénérable édifice, plus connu sous le sobriquet de « la ruine » était fermé au public et avait accueilli quelques squatters, comme en témoignent les graffitis qui recouvraient les murs intérieurs. Un surnom presque mérité, quand on songe à l'étendue des travaux nécessaires. « Il va falloir refaire le toit et rénover le logis, purger la chapelle et la mettre en sécurité et pour l'aumônerie, carrément la reconstruire », énumère Jeanine Paloulian, adjointe déléguée à la communication et au patrimoine. Le plus délicat étant justement, sur l'un des murs de l'aumônerie, des fresques dont les historiens de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) ont souligné l'importance. Afin de ne pas risquer de fragiliser la chapelle à laquelle est adossée l'aumônerie, cette dernière sera reconstruite.

« Il y a une vrai contrainte budgétaire », indique Alain Gauthier, adjoint en charge des finances. Le montant total des travaux nécessaire est de 603 800 € hors taxes. Pour financer le chantier, les élus ont frappé à toutes les portes en vue d'obtenir des subventions. « Les services de l'Etat ont répondu présents », se félicite Alain Gauthier. La Drac a apporté 242 000 €, le conseil départemental 121 000 €, Rhône-Alpes 150 000 €. Bernard Fournier, sénateur de la Loire, a aussi puisé dans sa réserve parlementaire à hauteur de 20 000 €.

Le site Sainte-Eugénie, une fois le chantier terminé, pourra être visité par les Montbrisonnais. L'aumônerie deviendra l'entrée du lieu, permettant ainsi de recevoir les personnes handicapées. « Ce ne sera pas directement un lieu de villégiature, prévient le maire Christophe Bazile. Les visites seront encadrées et forcément guidées. » Sur la fréquence des visites et leurs modalités précises, rien n'est encore arrêté. Les détails seront précisés avec l'office de tourisme, « mais nous avons quasiment un an pour décider », glisse Christophe Bazile. Les travaux devraient être terminés pour les prochaines journées du patrimoine, en septembre 2016.

Louis Thubert



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide