Fermer la publicité

Saint-Prim et son église atypique

Isère le 07 septembre 2015 - Lawrence Krouwel - Culture - article lu 253 fois

Saint-Prim et son église atypique
Lawrence Krouwel - Les stores vénitiens de aux multiples couleurs ont remplacé le vitrail traditionnel

Lieu sacré et œuvre d'art, l'église de Saint-Prim est le parfait témoignage de l'alliance du passé et de l'art contemporain.

 

Repensée dans sa globalité par l’artiste Claude Rutault, ses abords et surtout son intérieur ne laissent pas insensible, notamment par l’omniprésence de la couleur qui contraste avec la simplicité du lieu. Si l’église romane du Xè siècle située au cœur du village de Saint-Prim semble bien banale d’un point de vue extérieur, il n’en est pas de même à l’intérieur. Voilà plusieurs années, un projet de rénovation mené en partenariat avec la DRAC, le Clergé et les élus de la commune voit le jour sous la houlette de l’artiste parisien, Claude Rutault et sous la  maîtrise d’œuvre de l’architecte de Condrieu, Michel Barrios.

Redonner lisibilité et cohérence à cette église, tels sont les objectifs de ce projet. L’édifice, encombré d’un mobilier hétéroclite,  ne révèle plus la splendeur des lieux. Dans cette église, tout a été détourné ou recoloré. Le choix de supprimer les statues relève du principe de dégager le lieu de son caractère figé par des représentations d’une époque trop étroite. Pour se faire, l’artiste a empilé sur des étagères et recouvert de draps blancs les dix statues de l’église. Seules, les statues de la vierge à l’enfant, de Saint-Joseph et de Saint-Prim sont restées visibles.

L’église, entièrement recréée, est aujourd’hui le repère millénaire qui identifie le village de Saint-Prim, fier de voir désormais autant de personnes venues de toute la France, visiter son église atypique.
 

Lawrence Krouwel

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide