Fermer la publicité

Le zoo de Saint-Martin-la-Plaine accueille les animaux en péril

Loire le 27 avril 2015 - Emilie Massard - Sciences, Santé, Environnement - article lu 760 fois

Le zoo de Saint-Martin-la-Plaine accueille les animaux en péril
DR - Les animaux sont accueillis par l'association qui les sociabilise avant de les placer

L'association Tonga Terre d'Accueil, hébergée à l'espace zoologique de Saint-Martin-la-Plaine, recueille des animaux saisis ou abandonnés, et s'occupe d'eux le temps de leur trouver un nouveau lieu d'accueil. Elle a récemment été mise à contribution lors de la fermeture d'un zoo dans le Puy-de-Dôme.

Au début du mois d’avril, l’espace zoologique du Bouy, à Champétières dans le Puy-de-Dôme, a été contraint de fermer ses portes suite à une liquidation judiciaire et à la mise en examen de son propriétaire. Une course contre la montre s’est alors engagée pour sauver les 160 animaux du parc. C’est à l’association Tonga Terre d’Accueil que les autorités ont fait appel pour trouver des lieux prêts à les accueillir. Pierre Thivillon, président de l’association, a passé des heures au téléphone pour tenter de placer les animaux dans différents parcs ou associations en France ou en Europe. « Tous ont trouvé preneurs. On a un lion qui est parti en Belgique, des tigres et des jaguars qui restent en France, on a pu placer tous les animaux en un week-end. » Vétérinaires, animaliers, associations, et même une quinzaine de pompiers qui étaient en stage à Saint-Martin-la-Plaine ont été mobilisés sur deux jours pour capturer les animaux et les transporter dans leurs futurs lieux de vie. Aujourd’hui il reste encore un groupe de singes sur place pour lesquels la capture est plus difficile.

La menace de l'euthanasie

Pour Pierre Thivillon, il n’était pas question de laisser tuer ces animaux, destin qui les attendait inéluctablement s’il ne trouvait personne pour les accueillir. Il faut dire que le directeur et fondateur de l’espace zoologique de Saint-Martin-la-Plaine voue une vraie passion aux animaux. La création de l’association en 2007 pour recueillir les animaux saisis par la justice ou abandonnés en a été une belle preuve. « Comme tous les zoos, je recevais quasi quotidiennement des appels des douanes, des préfectures, de services vétérinaires qui avaient des animaux sur les bras, des appels auxquels je ne pouvais pas répondre, se souvient le directeur. Je savais qu’au bout de plusieurs refus, les autorités n’avaient pas d’autre choix que d’euthanasier l’animal. Un jour j’ai accepté de prendre en charge un hippopotame, du nom de Tonga, qui a ensuite trouvé une place en Afrique du Sud, en milieu naturel. Devant l’engouement de mes équipes et le sentiment d’utilité qui en découlait, on a décidé de créer une association pour venir en aide à ces animaux. »

 

Depuis, l’association Tonga Terre d’Accueil est une des seules structures en France qui recueille ces animaux, dans un espace réservé construit en annexe de l’espace zoologique. Parfois les animaux partent directement dans la structure qui accepte de les accueillir, comme ça a été le cas pour la plupart des animaux du zoo du Bouy, mais souvent, ils font étape à Saint-Martin-la-Plaine. Actuellement une trentaine de lions et tigres et plus de 200 singes logent dans les enclos de l’association, entre autres espèces. « Il faut parfois les soigner, ils se refont une santé chez nous. Mais l’objectif principal est de les sociabiliser, de leur apprendre à vivre ensemble pour, dans l’idéal, former des groupes sociaux qui sont plus facilement plaçables, comme ça a été le cas récemment pour un groupe de singes magots qu’on a pu envoyer au Touroparc. » Parfois les animaux sont trop vieux, ou présentent des handicaps qui empêchent leur placement, dans ce cas l’association n’a d’autre choix que de leur offrir un lieu de retraite.

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide