Fermer la publicité

Saint Iker, nous te prions

Loire le 24 janvier 2014 - Xavier Alix - Sports - article lu 259 fois

Saint Iker (paraît-il, saint patron des gardiens de but), faite qu’il rempile.

Pour que le père Ruffier ne fasse pas le coup du mur, nous te prions. « L’autre » mur, celui d’un départ cet été. Parce qu’à propos de l’obstacle qu’a dressé le gardien de l’ASSE avec sa défense depuis bientôt deux mois - cinq matchs consécutifs sans encaisser une galette après avoir foncé dans un mur breton -, planifier nous, saint Iker, une extension ad vitam aeternam. Notre dernier rempart, avec ses allures imposantes d’homme de mains, fait dans le monumental en ce moment. Au point de laisser à sa 4e place dans la hiérarchie nationale un petit goût de mystère dont seul Deschamps a la clé. Infranchissable, il n’est pas étranger, bien sûr, à la remontée de l’ASSE de la 10e à la 4e défense de L1 mais aussi à l’installation dans le dur de son équipe à la 4e place tout court. S’il s’en allait, l’édifice vert en tremblerait. Or, son contrat s’arrête en 2015, c’est donc en cette seconde partie de championnat que ça se joue : soit il y a vente, soit il y a prolongation. Pour que prenne la seconde option, il faudra une place solide, au minimum éligible à l’UEFA, voire synonyme de qualification conditionnelle à la Ligue des Champions… Justement, après le coup fait au Losc, de bien trop rapides commentateurs assurent que l’on peut y prétendre ! « Saint-Etienne ne se cache plus », prétend par exemple Téléfoot. Mouais... Jusqu’ici, tout va bien mais il y aura forcément un coup de mou plus tard. Certains ont tendance à ne pas avoir plus de mémoire qu’un poisson rouge ou alors cherchent à nous enrhumés. Il y a d’ailleurs un virage à bien négocier à Bordeaux dimanche. Mince ! C’est sont chez les Girondins, au bord de l’Atlantique que le mur lillois réputé indestructible avait été pour la première fois fissuré.


Xavier Alix



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide