Fermer la publicité

Saint-Etienne : quels sont les parkings les plus profitables ?

Loire le 19 mars 2015 - Mathieu OZANAM - Agglomération stéphanoise - article lu 813 fois

Saint-Etienne : quels sont les parkings les plus profitables ?

Délégataire de service public pour cinq parcs de stationnement en centre-ville de Saint-Etienne, Effia a présenté son rapport annuel d'activité 2013.

C’est en décembre 2012 que la société Effia s’est vue confier par la Ville de Saint-Etienne la gestion de cinq parkings totalisant 1 653 emplacements : Fauriel (610), Jean-Jaurès (456), Mont-Pilat (313), Antonin-Moine (250) et Vigne (24). En sa qualité de délégataire de service public, elle est tenue d’établir un rapport d’activité. Celui de 2013 a été communiqué lors du conseil municipal du 2 mars.

Le chiffre d’affaires global pour les cinq parcs s’est élevé à 1,813 M€, dont 53,7 % proviennent de la gestion de Jean-Jaurès, 24,7 % d’Antonin-Moine et 15,8 % de Fauriel. Il faut distinguer au moins deux sources de revenus pour ces parcs de stationnement : les flux de véhicules horaires et les abonnés. En ce qui concerne Jean-Jaurès, la recette liée à l’occupation occasionnelle a connu en 2013 une baisse de 15,6 % par rapport à l’année précédente. Elle a été partiellement compensée par une hausse de 28,6 % de la recette liées aux abonnés. Les exploitants n’avaient pas anticipé une augmentation aussi importante de ces abonnements : ils s’attendaient à un nombre plus conséquent de résiliations du fait des hausses de tarifs. Malgré l’effet bénéfique pour la société Effia de cette inflation de ses prix, sa recette globale est en retrait de 3,6 % par rapport à 2012.
Avec 448 525 € de recette globale, Antonin-Moine est le 2e parking d’Effia à Saint-Etienne. Son activité a été en retrait de 11,8 %, principalement en raison de l’incendie qui s’est déclenché en novembre 2012 dans son armoire de distribution électrique. Plusieurs places de stationnement ont été neutralisées pendant la durée des travaux. La diminution des flux horaires de véhicules (- 16 %) a été en partie compensée par l’augmentation de 43 % de la recette abonnés. Là encore la hausse des tarifs a été profitable à l’exploitant.
Le parking Fauriel a vu sa recette horaires diminuer de 6 %, une baisse attribuée à la suppression du ticket « congrès ». Mais là encore le relèvement des tarifs a permis d’afficher une hausse de 23 % de la recette abonnés.
Avec le parking des Ursules et ses 950 places, la société Vinci a enregistré une recettes globale de 806 902 €, un résultat en baisse de 3,3 % principalement imputable à la fuite de ses abonnés : - 13,1 % entre 2012 et 2013.

Mathieu Ozanam



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide