Fermer la publicité

Saint-Etienne - Perdriau ? Déjà Waterloo estime l’opposition

Loire le 10 juillet 2014 - Xavier Alix - Agglomération stéphanoise - article lu 1033 fois

Saint-Etienne - Perdriau ? Déjà Waterloo estime l’opposition
Parmi une foule de reproches, l'opposition vilipende G. Perdriau sur les décisions commerciales : Pont de l'Ane par exemple (© Epase)

« En 100 jours, on a le temps de laisser son empreinte. » Réflexe universitaire ? Le socialiste Florent Pigeon, président du groupe municipal d'opposition « Saint-Etienne, l'avenir ensemble » (PS, PC, PRG) a disserté devant les médias en trois chapitres ses inquiétudes sur la nouvelle gestion municipale.

 
L’ancien maire Maurice Vincent détaille le premier : « l’improvisation » selon lui de la nouvelle équipe : « il y a des prises de positions rudes, à la va-vite qui posent problème : il est choquant que les élus confondent leur rôle avec celui de chef de service, d’entendre, “c’est moi qui décide, point“. Un nouveau césarisme méprisant. Traiter les sujets demande temps et expertises. Pas besoin de mettre au pilori un technicien en pleine réunion publique, une erreur c’est possible ». Allusion au désaveu d’un technicien en commission d’appel d’offre par l’adjoint Michel Béal. Lundi au conseil municipal (lire p. 10), ce dernier l’a justifié : « un oubli sur la rénovation d’un tunnel aurait pu coûter 30 000 € à la Ville sans mon intervention. Il s’agit juste de restaurer la rigueur ! » Au-delà de l’anecdotique, Maurice Vincent voit dans la décision sur les rythmes scolaires (lire L’Essor-Affiches du 20 juin) un parfait exemple d’«improvisation » : « 90 % était fait et là on crée un système hybride par pure position idéologique tout en convoquant les maires de l’agglo pour les inciter à tout arrêter ».
Second thème de défaillance estime l’opposition : des décisions « catastrophiques » rayon commerce. « G. Perdriau a laissé Auchan Villars doubler sa surface commerciale en CDAC (1) sans s’y opposer. Cela peut faire partir du centre de grandes enseignes que nous avions réussi à attirer.» L’opposition songe à H&M par exemple. Lundi, Perdriau renvoyait la responsabilité à Vincent, « parce qu’il était encore président du Scot quand il fallait agir ». Un recours auprès de la cour administrative d’appel a par ailleurs été déposé. « Saint-Etienne, l'avenir ensemble » ajoute au panier l’arrêt du projet des Ursules et la nouvelle mouture Pont de l’Âne-Monthieu : « y installer loisirs et hôtellerie serait un coup de grâce au profit de la périphérie. Des promoteurs, il y en a constamment qui frappent à la porte ». Leur céder « pour faire un coup » serait irresponsable.
L’opposition dénonce enfin un « comportement indigne  » : « Ils sont capables de tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ! Il y a ces fantaisies d’égo : monter sur le podium Scoop à la Fête de la musique ou aux Roches celtiques. » Et surtout, « des décisions d’une rare violence. Une remise en cause des services systématique : il y a eu l’Opéra-Théâtre, ces suspensions et jugements de tribunaux populaires. Il y a globalement un terrorisme intellectuel. On risque l’hémorragie des cadres : une cinquantaine, y compris certains déjà là sous Thiollière, ont exprimé des inquiétudes. Il y eu cet incident le 5 juillet à la fête de Jaurès : Perdriau a traité trois adhérents des Jeunesse communistes de “fascistes“ pour avoir crié “vive le socialisme“... » L’épisode a d’ailleurs été évoqué en conseil : un tract au vitriol, une intervention de Maryse Bianchin (élue PC) menaçant le maire de suites judiciaires sauf excuses. Ce que G. Perdriau a refusé…

Xavier Alix


(1)
Commission départementale d’aménagement commercial



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide