Fermer la publicité

Saint-Etienne : Payer son parcmètre en restant au lit

Loire le 02 novembre 2015 - Mathieu Ozanam - Agglomération stéphanoise - article lu 531 fois

Saint-Etienne : Payer son parcmètre en restant au lit

La Ville de Saint-Etienne a présenté une application mobile dédiée au paiement du stationnement à distance. Ce n'est peut-être pas la fin des contraventions, mais cela pourrait tout de même simplifier la vie des automobilistes.

Comment s’assurer que le ticket payé à l’horodateur est encore valable alors que le propriétaire du véhicule voit les minutes passer et est trop éloigné de la place de stationnement pour payer un complément de présence ? La solution réside peut-être dans l’application Whoosh ! qui a été présentée à Saint-Etienne par le maire Gaël Perdriau en présence de représentants de la société Parkeon qui se présente comme « le leader mondial de la mobilité urbaine ».

Testée et lancée au Royaume-Uni au printemps 2013, l’application Whoosh! est aujourd’hui utilisée dans 32 sites du pays. En France, les villes de Boulogne-sur-Mer, Cannes, Compiègne, Gravelines, Honfleur, Le Touquet, Saint-Émilion et Saumur l’ont déjà adopté. Aurillac et Bourgoin-Jallieu viennent de mettre ce service gratuit (en dehors du coût de stationnement) à la disposition de leurs habitants. Les automobilistes qui souhaitent recevoir un SMS de rappel à l'approche de la limite de validité devront cependant payer cette option supplémentaire.

Pour effectuer le paiement à distance de sa place de stationnement, il convient de disposer d’un téléphone multifonctions, d’avoir téléchargé l’application mobile et de payer la durée de son choix. Les agents de surveillance de la voie publique seront de leur côté munis de terminaux portables. En l’absence de ticket d’horodateur glissé derrière le pare-brise, il leur suffira de taper le numéro de la plaque d’immatriculation du véhicule afin de s’assurer que l’usager s’est acquitté de son droit d’occupation temporaire de l’espace public. « C’est une facilité supplémentaire offerte aux usagers qui ont bien compris notre politique incitative pour qu’ils reprennent goût à pratiquer la ville et son centre, a détaillé Gaël Perdriau. La preuve : depuis le début de l’année, 650 000 tickets avec la gratuité des 20 premières minutes (53 % en gratuité totale) ont été utilisés, soit 14 millions de minutes offertes pour améliorer et développer l’attractivité de Saint-Etienne. »

Mathieu Ozanam

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide