Fermer la publicité

Saint-Etienne moins pauvre que Montpellier

Loire le 09 décembre 2014 - Xavier Alix - Société - article lu 2633 fois

Saint-Etienne moins pauvre que Montpellier
22 % de ménages pauvres à Saint-Etienne selon Compas (© GR)

Roubaix, Saint-Denis, Tourcoing ou encore Vénissieux devant : rien d'étonnant.

Mais que le taux de pauvreté stéphanois soit en revanche inférieur à celui de Strasbourg - à 24 %, 26 431 ménages sous les seuil de pauvreté - et même largement en dessous de celui de Montpellier - 27 % avec 29 853 ménages - il y a de quoi être plutôt surpris.

34e ex-aequo avec Toulon, Metz ou Le Havre sur un classement où s’affichent les 97 villes (au sens intra-muros) les plus peuplées de France, Saint-Etienne compte en effet 17 234 ménages sous le seuil de pauvreté, soit un taux de 22 %. C’est ce que met en évidence une étude du Centre d'observation et de mesure des politiques d'action sociale (Compas) parue en août. Créée en 1990, aux origines associatives et militantes, cette société basée à Nantes travaille pour des collectivités de tout l’Hexagone avec l’objectif d’une meilleure prise en compte des besoins sociaux. Elle a notamment évalué les plans locaux pour l'insertion et l'emploi ou encore créé l'analyse des besoins sociaux pour les centres communaux d'action sociale en 2001. Le Compas s’appuie sur 20 ans de collecte des données localisées, « base unique en France, qui représente plus de 120 000 indicateurs, réalisés à partir de 700 millions de données différentes ».
Pour cette étude, la méthode de Compas utilise un taux de pauvreté des ménages, estimé à 60 % du revenu médian. Il s’agit donc du « pourcentage de ménages qui perçoivent moins de 60 % du revenu médian national, pour lequel la moitié de la population dispose de ressources supérieures et l’autre moitié inférieures. » Estimations réalisées à partir des données fiscales de l’Insee sur 2009. Selon cette dernière, le revenu net déclaré moyen par foyer fiscal en 2009 était de 19 317 € à Saint-Etienne, 20 764 € sur le sud Loire, 21 091 € dans le département, 24 120 € en Rhône-Alpes et 23 230 € en France.

Afin d’affiner un peu plus, Compas a également associé les prestations ajoutant « l’équivalent de ce qui était perçu au niveau national ».
Moins accentué en moyenne que Lille (27 %) ou Marseille (26 %), le taux stéphanois reste largement au-dessus du taux moyen en France métropolitaine : 15 % (sur 3 902 682 habitants cumulés) qui est aussi celui de Lyon. Grenoble atteint elle 19 %. Les 100 plus grandes villes rassemblent un tiers des ménages pauvres, alors qu’elles ne regroupent qu’un cinquième de la population…

Xavier Alix

Lire aussi :

Les revenus fiscaux médians par ménage à Saint-Etienne (10 septembre 2014)



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide