Fermer la publicité

Saint-Etienne Métropole soutient la création d’emploi

Loire le 03 juillet 2014 - Daniel Brignon - Agglomération stéphanoise - article lu 552 fois

Saint-Etienne Métropole soutient la création d’emploi
780 000 EUR pour l'installation de Linamar à Novaciéries (D.R.)

Le compte administratif 2013 a été présenté par le même vice-président au budget, Christian Julien, qui avait défendu le budget primitif dans la précédente mandature.

Il fait apparaître un excédent global de clôture de 8,4 M€, une épargne brute améliorée, à 48 M€, un encours de la dette en légère évolution à 383,6 M€.
« Ce compte administratif offre une bonne photographie de la situation à l’issue du mandat », commentait l’ex-président Maurice Vincent défendant un budget qualifié « de référence ». « Si la dette continue de progresser dans le mandat qui s’est achevé, elle a beaucoup moins augmenté que dans le précédent mandat (de 2002 à 2008 NDLR) qui l’avait multiplié par 7 ». M. Vincent faisait observer encore que pendant son mandat l’épargne brute avait progressé de 8 M€ à 48 M€, « ces équilibres financiers méritent d’être conservés pour le futur », suggérait-il à Gaël Perdriau, rejetant le conseil. Le compte administratif a été approuvé avec 20 voix contre et 27 abstentions issues de la majorité actuelle.
Le budget supplémentaire 2014 qui reprend l’excédent de clôture de 8,4 M€ auquel s’ajoutent des ajustement de dotations et ressources fiscales pour 5,7 M€, s’élève ainsi à 14,1 M €, répartis - entre autres - à 2 M€ de provisions pour les emprunts à risque (dont le montant est ainsi porté à 10 M€), 1,7 M€ pour les dépenses imprévues et 1,5 M€ pour le renouvellement de la pelouse au stade Geoffroy-Guichard. Il s’y ajoute une dépense de 23 000 € pour le déménagement des réserves du musée d’Art moderne, polluées et nocives pour le personnel, notera le président Gaël Perdriau, dénonçant « l’immobilisme de la précédente gouvernance » devant cette situation  (lire l’encadré).

Au secours de l’emploi

Dans le cadre de sa politique de développement économique et de l’emploi, Saint-Etienne Métropole a voté une enveloppe de 980 000 € au bénéfice de deux entreprises engagées dans une promesse de développement de l’emploi dans l’agglomération. La première, le groupe mécanicien canadien Linamar, qui envisage de réunir ses deux unités de Saint-Etienne et de Saint-Romain-en-Gier sur des bâtiments du site de Novaciéries à Saint-Chamond, nécessitant un investissement consenti par le groupe de 6 M€. Saint-Etienne Métropole l’accompagne d’une aide de 780 000 €, le maximum qui lui est légalement possible, en vue de consolider l’emploi existant (225 emplois) et accompagner son développement pour lequel le groupe s’est engagé : la création de 75 emplois à 3 ans ans (lire p. 25).
Le deuxième groupe international que Métropole s’engage à soutenir d’une aide à la création d’emploi de 200 000 € (5 000 € par emploi créé), il s’agit de Carlson Wagonlit Travel France, qui compte à Saint-Etienne 210 salariés et prévoit la création de 40 emplois sur 6 ans (lire p. 26).
Devant les doutes exprimés sur la fiabilité des promesses de ces deux groupes, Georges Ziegler, vice-président au développement économique, répondait vivement vouloir « se battre pour défendre, dans un contexte de baisse des investissements et de hausse du chômage, des entreprises qui acceptent de tenter encore l’aventure industrielle. » Il a été applaudi en guise d’approbation unanime de ces dossiers, à l’exception d’une abstention.

Daniel Brignon


Alerte à la pollution

Les réserves du musée d’Art moderne dans d’anciens ateliers de Giat depuis 8 ans, étaient suspectes d’émanations polluantes, dont ont eu à subir les personnels chargés des manipulations de pièces (8 agents de Saint-Etienne et de Métropole) frappés de manière récurrente de « vomissements, nausées et maux de tête ». Des études avaient révélé la présence de polluants : formaldéhyde, toluène, à des doses qui n’atteignent pas limites tolérables mais proches. La médecine du travail avait d’ailleurs prescrit aux agents de ne pas séjourner plus d’une heure par jour dans les réserves et munis d’un masque.  Découvrant cette situation, Michel Béal, nouvel adjoint aux ressources humaines à la Ville, a convoqué le 6 juin un CHSCT extraordinaire qui a opté pour le transfert des réserves sur un site provisoire non-pollué, à Métrotech, d’ici fin décembre.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide