Fermer la publicité

Saint-Etienne - Le Sdis met le feu au conseil

Loire le 09 octobre 2014 - Xavier Alix - Collectivités locales - article lu 876 fois

Saint-Etienne - Le Sdis met le feu au conseil
Pas une foule de délibérations au dernier au conseil municipal mais des échanges brûlants entre opposition et majorité. Notamment sur l'accord entre Ville et Sdis (1) mettant fin à un contentieux sur la cotisation stéphanoise au service départemental.

Accord scélérat ou de raison ? Pour l'ancien maire Maurice Vincent, aucun doute : cette délibération mettant fin au contentieux entre Ville et Sdis qu'il s'était décidé à lancer auprès du Tribunal administratif fin 2012 est « un véritable scandale », évoquant donc un accord « scélérat », voire le soupçonnant de « connivence politique » entre exécutifs dirigés par la droite : mairie et conseil général. « Ces mots sont très durs, me traiter de criminel, c'est aller très loin, se désole le maire Gaël Perdriau, signalons qu'il n' y a pas eu d'opposition au sein du CA du Sdis 42 qui compte des élus de gauche comme J.-C.

Accord scélérat ou de raison ? Pour l’ancien maire Maurice Vincent, aucun doute : cette délibération mettant fin au contentieux entre Ville et Sdis qu’il s’était décidé à lancer auprès du Tribunal administratif fin 2012 est « un véritable scandale », évoquant donc un accord « scélérat », voire le soupçonnant de « connivence politique » entre exécutifs dirigés par la droite : mairie et conseil général.
« Ces mots sont très durs, me traiter de criminel, c’est aller très loin, se désole le maire Gaël Perdriau, signalons qu’il n’ y a pas eu d’opposition au sein du CA du Sdis 42 qui compte des élus de gauche comme J.-C. Bertrand, A. Guillemant, J. Ferrara, R. Lapallus… » Ce qui n’empêche pas cependant de s’abstenir comme le fit J. Ferrara.
L’accord voté lundi valable jusqu’en 2020 abandonne toute poursuite contre une réduction de 600 000 € par an de la contribution stéphanoise qui passe ainsi de 75 à 72 € par habitant. Economie de 4,2 M€ sur 7 ans largement insuffisante pour l’ancienne majorité qui estime la bonne jauge autour de 55-60 € contre, dit-elle, 41 € en moyenne par habitant pour les autres communes. « Car il est vrai que les interventions sont de 32 % supérieures en moyenne sur Saint-Etienne que dans les autres communes. Il y a un historique en France qui fait que le Département ne finance pas 100 % du service malgré le transfert de compétence (58 M€ de budget dans la Loire financé à 45 % par le Département, à 22,5 % par Saint-Etienne, Ndlr), note Maurice Vincent. Mais dire que 95 % des interventions des casernes stéphanoises se font sur Saint-Etienne pour justifier le décalage, c’est fallacieux. Avant de se résoudre au procès, nous avons négocié en vain 3 ans, un audit a été demandé et réalisé. La Cour régional des comptes nous soutenait.»
L’équipe Perdriau, elle, estime qu’il fallait agir pour débloquer la situation alors que le procès pouvant traîner « des années ». Remarque « défaitiste », dixit Maurice Vincent qui précise que c’est l’accord qu’il juge scélérat, non les hommes. « Nous faisons une économie que M. Vincent n’aurait jamais faite, estime G. Perdriau, et sauvons une qualité de service (temps d’intervention supérieur à la moyenne, Ndlr) : car le Département a aussi proposé la réduction demandée par la précédente municipalité contre la fermeture d’une des quatre casernes stéphanoises. Ce ne sera pas le cas. En outre, il y a eu avant notre arrivée un acte illégale : 1 M€ de moins a été inscrit au budget primitif 2014 en référence à une baisse de cotisation comme acquise. »

Xavier Alix

(1) Service départemental d’incendie et de secours

Lire aussi :

Saint-Etienne : Dialogue renoué entre la municipalité et le SDIS (25 septembre 2014)



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide