Fermer la publicité

Saint-Etienne : La majorité municipale « comme en campagne »

Loire le 01 octobre 2014 - Mathieu Ozanam - Agglomération stéphanoise - article lu 1055 fois

Saint-Etienne : La majorité municipale « comme en campagne »
Le groupe politique de la majorité municipale a entreprise des journées terrain dans les quartiers, sur un rythme qui devrait être mensuel. Objectif : garder le contact avec le terrain.

« Les gens nous disent : “on ne vous voit que pendant les élections“.

C’est la raison pour laquelle nous voulons leur montrer que ce n’est pas le cas. Nous voulons garder une réelle proximité avec la population. Nous sommes aussi là pour faire la pédagogie de l’action municipale. » Assis au café du Vieux Saint-Etienne le président du groupe « Provoquons l’avenir », Michel Beal, est entouré des colistiers de la campagne. C’est à ce titre que Nicole Peycelon est là, elle qui a choisit de démissionner à la suite du recours introduit devant le tribunal administratif de Lyon pour inéligibilité. « Nous voulons garder l’esprit de la campagne car cela fortifie l’union. C’est vrai qu’il y a une certaine nostalgie de la campagne », complète Michel Béal avant de recevoir des représentantes du centre social du Babet et de l’association Vivre à Beaubrun.

Comme pendant la campagne, les élus présents vont sillonner le quartier n° 5, celui de Couriot, Tarentaize, Beaubrun. L’adjoint référent, Samy Kefi-Jérôme est là, l’adjointe à la vie associative Francette Moreau également, le premier adjoint Gilles Artigues fait une apparition et écoute les échanges avec les responsables associatives. La discussion débute sur leurs actions et leurs besoins avant de s’orienter vers la vie du quartier avec « les jeunes qui squattent devant les commerces. Les jeunes font ce qu’ils veulent, ils prenennt la place. Ils sont 5-6, c’est pas tant que ça, mais ils sont sans gêne », déplore l’une des participantes. « Le leitmotiv c’est “qu’est-ce que fait la police ?“ » Les locaux de la police municipale sont effectivement à une vingtaine de mètres de là. Michel Beal se montre attentif sans surenchérir : « il faudrait que la police municipale vienne constater, oui, mais s’il n’y a pas d’infractions… » La présidente en convient : « il vaut mieux faire un travail de longue haleine avec des actions de l’association, car si on appelle la police, ils partiront plus loin et emm… des gens plus loin. » Conclusion de Michel Beal : « pouvez-vous nous indiquer des pistes d’actions concrètes ? Vous pouvez dénoncer des manquements et aussi proposer des solutions. » Rendez-vous est pris pour une nouvelle rencontre fin janvier, le temps pour l’association d’y réfléchir.

Toute l’équipe se déplace ensuite en faisant du porte à porte chez les commerçants du quartier. Régulièrement Michel Beal se tourne vers Sébastien, Astrid ou Cédric, les collaborateurs du groupe de la majorité municipale, « tu notes ça ». Direction ensuite la Comédie de Saint-Etienne où les attendent le directeur Arnaud Meunier et sa secrétaire générale pour une courte visite des locaux et un échange informel. Avant de se partager en deux groupes pour mieux quadriller le quartier.

Une visite dont les photos iront constituer une galerie à retrouver sur le compte Facebook de « Provoquons l’avenir ». Comme un air de campagne.

Mathieu Ozanam







À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide