Fermer la publicité

Saint-Etienne : Gaël Perdriau élu maire par le conseil municipal et ses 16 adjoints + 5

Loire le 04 avril 2014 - Daniel Brignon - Agglomération stéphanoise - article lu 7035 fois

Les Stéphanois se pressaient nombreux, vendredi 4 avril, au seuil de la salle Aristide-Briand, et dans l’escalier d’honneur qui y donne accès,  prompte à faire un triomphe à son champion Gaël Perdriau à chaque fois que son nom était prononcé, mais digne et silencieuse lorsque le maire sortant Maurice Vincent a ouvert la séance. Le maire sortant, pour quelques minutes encore, a remercié les élus sortants ainsi que les services de la Ville, les directeurs et cadres qui « ont mis en œuvre avec application et professionnalisme » la politique entreprise qui a permis de « rétablir l’équilibre financier ».

Les Stéphanois se pressaient nombreux, vendredi 4 avril, au seuil de la salle Aristide-Briand, et dans l’escalier d’honneur qui y donne accès,  prompte à faire un triomphe à son champion Gaël Perdriau à chaque fois que son nom était prononcé, mais digne et silencieuse lorsque le maire sortant Maurice Vincent a ouvert la séance.

Le maire sortant, pour quelques minutes encore, a remercié les élus sortants ainsi que les services de la Ville, les directeurs et cadres qui « ont mis en œuvre avec application et professionnalisme » la politique entreprise qui a permis de « rétablir l’équilibre financier ». « Je souhaite à Gaël Perdriau de servir au mieux nos concitoyens dans les conditions du vivre ensemble. Bonne chance à notre ville ! » Ce seront ses derniers mots de maire.

Jean-Pierre Berger, le doyen de l’assemblée, appelé à présider les opérations de vote, rappelait son passé de 40 ans au service « d’une entreprise aux fortes valeurs », où il a fini DRH à la tête de 150 000 employés (devinez de quelle entreprise il s’agit). Ceci pour situer son engagement comme une manière de rendre à la collectivité à ce que cette vie professionnelle lui avait donné. Il appelait à construire les fondements de la ville du futur dans un esprit d’innovation, au-delà des clivages politiques. » Et de citer Antoine de Saint-Exupéry : « Si vous voulez que des hommes s'entendent, faites-leur construire quelque chose ensemble. »

Il n’y a eu que Gabriel de Peyrcave, tête de liste Front national, pour exprimer une farouche opposition aux « adversaires », « l’UMPS fort de nos renoncements. Je ne renoncerai pas quant à moi », annonçait-il en présentant sa candidature à l’élection du maire en face de Gaël Perdriau. Les voix se sont partagés dans une répartition mathématique : 43 voix pour Gaël Perdriau, dont la liste comprend 44 sièges (il y avait une absence, celle de Nicole Peycelon visée par un recours au tribunal administratif de Lyon pour inéligibilité), 12 bulletins blancs, que l’on peut attribuer aux 12 conseillers de la liste de Maurice Vincent, qui avait choisi de ne pas présenter sa candidature, et 3 voix en faveur de Gabriel de Peyrecave qui dispose de 3 sièges au conseil municipal.

Gaël Perdriau a fait voter une liste de 16 adjoints ajoutée de 5 adjoints de quartiers, sans attribuer pour l’heure à aucun de délégation (lire ci-dessous), même si l'on peut d'ores et déjà faire quelques déductions sur les attributions de chacun. Le premier constat c'est que la moyenne d'âge des 21 adjoints est de 52 ans. C'est exactement la même que celle de la liste Provoquons l'avenir et de ses 59 colistiers. Du haut de ses 28 ans, Marc Chaussaubéné est le benjamin de l'équipe, le doyen étant Jean-Pierre Berger, âgé de 72 ans.

Il commençait son discours de nouveau maire élu par des remerciements, à son équipe, aux bénévoles qui ont accompagné « une formidable campagne, positive et constructive », puis « sur un plan plus personnel, je remercie mes parents qui m’ont transmis des valeurs d’effort, de travail, de respect de l’autre, de tolérance, d’audace et de ténacité ; ma femme Nathalie et mes enfants » ; enfin les électrices et électeurs, assurant à ceux qui ont fait un autre choix que « je serai le maire de tous les Stéphanois : notre ville a besoin de toutes les énergies. » Ses pensées allaient aussi à ses prédécesseurs auxquels il rendait hommage, sans distinction, citant  « Michel Durafour, Joseph Sanguedolce, François Dubanchet, mon ami Michel Thiollière et Maurice Vincent, qui, même si nous avons eu des divergences de vues, a montré un engagement personnel pour notre ville », aussi ajoutait-il, j’invite nos collègues élus de l’opposition à construire avec nous le Saint-Etienne de demain, humaniste, avant-gardiste, innovant ».

Chaleureuse ambiance pour finir, des Stéphanois, emplissant toute la salle Aristide-Briand, pour venir saluer personnellement leur maire.

Daniel Brignon et Mathieu Ozanam

[Article mis à jour le 7 avril 2014]

Les 21 adjoints dans l’ordre de la liste votée :

1er adjoint : Gilles Artigues.
Dès l'annonce de l'union des candidats UMP et UDI le 12 novembre 2013, cette fonction avait été connue.

Delphine Jusselme

Georges Ziegler

Nora Berroukeche

Claude Liogier

Christiane Jodar

Paul Corrieras

Francette Moreau

Lionel Saugues

Brigitte Masson

Jean-Pierre Berger

Corinne L’Harmet-Odin

Samy Kefi-Jérôme

Siham Labich

Marc Chassaubéné

Alexandra Custodio

Michel Béal

Marie-Christine Buffard

Denis Chambe

Pascale Lacour

Lionel Boucher

Lire aussi :

Quel rôle pour les adjoints de Gaël Perdriau ? (8 avril 2014)



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide