Fermer la publicité

Saint-Etienne en état d'alerte avant l'arrivée des militants d'extrême gauche

Loire le 21 octobre 2016 - La rédaction - Agglomération stéphanoise

Saint-Etienne en état d'alerte avant l'arrivée des militants d'extrême gauche
Mathieu Ozanam - Des CRS place Dorian (photo d'archives)

La manifestation annoncée d'un collectif « contre l'armement de la police » à Saint-Étienne ce week-end a mis sur le pied de guerre les services de l'Etat.

Suscité en hommage à Rémi Fraisse, l'étudiant tué un an plus tôt par une grenade lors d'une manifestation contre le projet de barrage de Sivens, le collectif qui agrège plusieurs mouvements d'extrême gauche et zadistes avait marché l’année dernière dans le Finistère sur les locaux d’un fabricant de grenades lacrymogènes.

Cette année, le rendez-vous intitulé « Verney-Carron 2016 » doit prendre la forme à Saint-Etienne d’une manifestation-parade carnavalesque, nommée Famas’tival, samedi 22 octobre en direction du fournisseur du flash-ball aux forces de l'ordre, l’industriel Verney-Carron.

D’importantes mesures préventives de sécurité ont été prises en amont par le préfet, le déplacement du Forum des associations du chapiteau de la place de l’Hôtel-de-Ville - hâtivement démonté - à la Bourse du travail, la fermeture de sites comme le musée d’art et d’Industrie, qui abrite une collection d’armes, et semble-t-il aussi de la Cité du design.

Le préfet a pris plusieurs arrêtés pour interdire dans le centre-ville et sur le parcours présumé de la manifestation « le déploiement de mobiliers urbains amovibles pouvant servir de projectiles par destination, tels que tables, parasols, portes-menus, étalages… » ; interdire par ailleurs « de détenir et transporter de produits inflammables », bouteilles en verre et engins pyrotechniques.

A la déclaration de manifestation sur la voie publique des organisateurs, remise tardivement en préfecture le 20 octobre, le préfet a opposé par arrêté du 21 octobre une interdiction pure et simple, passible de sanctions pénales.

Qu’en sera-t-il ? L’incertitude reste totale à la veille d’un siège possiblement attendu.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide